navigation

Après Charlie Hebdo, l’éternel retour de l’ennemi intérieur 19 janvier 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Le scénario est bien rodé. Des violences commises par des déséquilibrés immédiatement qualifiés de « terroristes » ou de « djihadistes » par le gouvernement, une réaction politico-médiatique entre élans compassionnels, bons sentiments et appels à la « fermeté républicaine » contre la « barbarie », rassemblements en hommage aux victimes… et un tour de vis sécuritaire.

arton30157-f568c

 

l’attaque, a sur tous ces points atteint des sommets inédits. Minutes de silence, drapeaux en berne, journées de deuil national, manifestations de solidarité émaillées de « dérapages » anti-Islam, grande marche républicaine symbolisant l’union sacrée des politiques contre « la barbarie et le terrorisme » et à laquelle s’est associée la totalité des partis du système et des organisations de l’antiracisme institutionnel, slogans de soutien omniprésents, déclarations martiales des responsables politiques en dépit des zones d’ombre qui brouillent cette nouvelle affaire, à l’image de celles des attentats du 11 Septembre.

Le parallèle a d’ailleurs été fait, notamment par Plantu qui l’a qualifié de « 11 Septembre de la pensée libre » mais probablement sans penser à cette dimension des événements… ou pard’autres, non sans arrière-pensée belliciste. Il faut dire que les activistes ont visé là l’un des centres névralgiques du système de domination médiatique : Charlie Hebdo, passé du scato-gauchisme au néoconservatisme bon teint, s’est fait une spécialité dans la discrimination antimusulmane sous couvert de « liberté d’expression » (pourtant à géométrie bien variable par les temps qui courent) avec la bénédiction des élites politiques qui n’ont jamais ménagé leurs efforts pour le soutenir, en particulier au moment du procès des caricatures.

Et pour cause… Les colonnes du journal accueillent régulièrement la fine fleur de l’atlantisme dans sa version la plus dure, notamment des journalistes de la mouvance néoconservatrice du Cercle de l’Oratoire : Caroline Fourest, qu’on ne présente plus, Robert Misrahi, Mohamed Sifaoui (lire icil’article du site Antineocons). Le journal s’est notamment ilustré en publiant un « manifeste des 12 », dénoncé à juste titre par la Ligue des droits de l’homme, sous-titré « ensemble contre le nouveau totalitarisme » qui n’est rien de moins qu’une déclaration de guerre contre la menace islamique assimilée à la barbarie et au totalitarisme :

« Après avoir vaincu le fascisme, le nazisme, et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme. »

On a déjà vu analyse plus nuancée…

La question qui vient inévitablement (à tout esprit sensé) est pourquoi un telle saturation médiatique au risque de provoquer la nausée ? La réponse est dans les bénéfices que les responsables politiques tirent de cette affaire : diversion bienvenue dans un moment de crise de légitimité politique du pouvoir, flicage des populations avec un renforcement du plan Vigipirate et denouvelles mesures annoncées par Manuel Valls pour répondre à la « menace terroriste », attaquescontre certaines personnalités de la dissidence rendues une nouvelle fois responsables du drame et, cerise sur le gâteau, regrets affichés de Hollande « de ne pas être allés en Syrie » avec la volonté à peine voilée de réparer cette faute le plus tôt possible…

sources: E&R le 09 janvier 2015

Un journal américain évoque un probable lien entre les Kaouchi et les services secrets français

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Merah_Raid_caserne_6042-tt-width-604-height-403-bgcolor-000000

 

Un journal américain vient de relancer la thèse du «complot» dans l’affaire de l’attentat contre Charlie Hebdo. Une thèse qui est largement relayée sur les réseaux sociaux. En effet, le quotidien américain The McClatchy a publié un article sur l’éventuelle relation entre les services secrets français et les frères Kouachi, auteurs présumés du massacre dans les locaux du journal satirique français.

Ce quotidien américain s’appuie sur des données fournies par des experts militaires selon lesquelles les frères Kouachi auraient été recrutés par un certain David Drugeon, qui travaillait pour les services secrets français avant d’être abattu par un drone américain à Sarmada, en Syrie, où il faisait, selon toute vraisemblance, de l’infiltration des groupes d’Al-Qaïda au profit de la DGSE (service d’espionnage français).

Ce Français, dont le lien avec les services secrets a été également révélé en novembre 2014 par la chaîne Fox News, aurait servi d’artificier du sous-groupe Khorasan d’Al-Qaïda qui combattait contre le régime syrien de Bachar Al-Assad. Une thèse plausible en ce sens que l’Etat français lui-même avait reconnu avoir aidé des groupes terroristes pour faire tomber le «régime dictatorial d’Al-Assad». Cela même si le ministère français de la Défense avait nié l’existence de lien entre la DGSE et ce fameux Drugeon.

Se basant sur son correspondant en Irak, Mitchell Prothero, le quotidien américain McClatchy a effectué une analyse approfondie et minutieuse des vidéos de la tuerie de Charlie Hebdo, concluant que les auteurs de cette tuerie, à savoir les frères Kaouchi, auraient reçu une formation militaire ou tout au moins ont eu «une expérience de guerre».

Ce journal s’interroge sur le fait qu’ils puissent opérer un tel attentat, alors qu’ils sont connus des services de sécurité et mis pendant de longs mois sous surveillance permanente. Il se demande également s’il n’y a pas une responsabilité dans l’affaire des Kouachi. D’après le même quotidien, le Pentagone se penche sur cette «thèse» qu’il aurait prise «au sérieux» pour mieux comprendre ce qui s’est passé à Paris.
Source : Algeriepatriotique

POUR HOLLANDE LE GOUVERNEMENT « INVENTE » DES TERRORISTES 17 janvier 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire http://www.dailymotion.com/video/x81fnm

 

source: la télé libre chaine dailymotion

Ecoute par Sonorisation des lieux privés et surveillance de Skype au menu de la loi sur le renseignement !

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

http://www.dailymotion.com/video/x2ep8oo

« Il reste quelques ajustements, le gouvernement l’inscrira quand il veut [à l’ordre du jour parlementaire], nous répondrons présent, a-t-il  déclaré. Le premier vote important doit intervenir très tôt, d’ici deux trois mois. »

La loi sur le renseignement « est prête », a annoncé le député socialiste Jean-Jacques Urvoas mercredi 14 janvier sur Europe 1. Elle permettra un« accès aux données informatiques de ceux qui fomentent » des attentats et la possibilité de« sonoriser » les lieux privés où ils sévissent. Le président de la délégation parlementaire au renseignement, proche de Manuel Valls, a également annoncé 1 000 postes supplémentaires au sein des services de renseignement d’ici à 2017.

Le but de cette loi, « c’est de détecter, d’anticiper de façon à ce que ceux qui fomentent des coups puissent être interpellés avant d’agir », a-t-il expliqué. « Ce qui nous manque surtout ce sont des moyens d’investigation. Par exemple nous voulonsavoir accès aux ordinateurs. Les interceptions de sécurité sont en général assez stériles. (…) Nous voulons aller sur Skype, par exemple ; ce que nous ne pouvons pasfaire aujourd’hui juridiquement. Nous voulons avoir accès aux données informatiques de ceux qui fomentent des coups », a détaillé le député du Finistère.

« Nous avons besoin de sonoriser les lieux privés où se réunissent les suspects d’activités terroristes et nous aurons la possibilité de le faire  », a-t-il ajouté.

Lire : Quels sont les moyens de l’antiterrorisme en France ?

« UNE ERREUR D’AVOIR SUPPRIMÉ LES RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX »

Il a par ailleurs annoncé que 1 000 personnes seraient recrutées d’ici à 2017 pourrenforcer les services de renseignement. « Il y en aura 400 pour la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure], nous allons en créer 280 pour la DGSE [Direction générale de la sécurité extérieure], un tout petit peu pour Tracfin et nous allons en créerpour les anciens renseignements généraux que nous avons recréés l’année dernière. C’était une erreur de supprimer les RG. Ils s’appellent aujourd’hui les renseignements territoriaux, ils sont 1 975. Nous avons besoin qu’ils soient plus nombreux », a-t-il dit.

« Nous avons considérablement augmenté les moyens, nous avons six services aujourd’hui, cela représente 13 000 personnes, pour un budget,  globalement, d’environ 1,3 à 1,6 milliard », a-t-il détaillé.

« Aujourd’hui sur le territoire national il y a 200 personnes qui sont revenues de Syrie, mais on peut aisément passer au-dessus, à 300, 400 personnes qui sont réellement dangereuses à nos yeux », a conclu M. Urvoas.

sources: http://axedelaresistance.com le 16 janvier 2015

 

La prof défend les thèses complotistes en classe, elle est suspendue

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Une enseignante en droit et en économie a été suspendue pour avoir mis en doute la mort d’un policier lors de l’attentat contre Charlie Hebdo. Elle a été enregistrée à son insu par une élève.

salle-de-cours_2417451

 

Un centre de formation professionnelle de Bobigny a suspendu une professeur de droit et d’économie. Elle avait tenu des propos complotistes sur les attentats de Paris devant ses élèves de bac pro, a-t-on appris vendredi auprès de sa direction.

Enregistrée par une élève

Lundi, cette femme « d’une quarantaine d’années », a été enregistrée à son insu par l’une des seize élèves de sa classe, alors qu’elle mettait en doute la mort de certaines des victimes des attentats des 7 et 8 janvier à Paris, a relaté le président de ce Campus des métiers et de l’entreprise, Patrick Toulmet, confirmant une information du Monde.

Selon Patrick Toulmet, qui, comme Le Monde, a pu écouter l’enregistrement, l’enseignante y évoque un « flic soit disant mort » , en parlant d’Ahmed Merabet, le policier tué après l’attaque de Charlie Hebdo. « C’est un business, un coup d’État pour supprimer la religion musulmane (…) ils ont eu le temps de monter un sketch », poursuit la bande sonore. « La religion musulmane autorise de tuer pour défendre (sa) religion », affirme encore l’enseignante, selon le quotidien.

« Des propos lus sur internet »

« C’est des propos stupides », a déclaré à l’AFP Patrick Toulmet, qui a convoqué l’enseignante jeudi et a été lui-même convoqué au commissariat pour témoigner. L’enseignante a nié, avant d’apprendre qu’elle avait été enregistrée, et d’expliquer qu’elle ne faisait que « reprendre des propos lus sur internet », a-t-il précisé. Cette femme, en CDI depuis environ sept ans dans l’établissement, a été mise à pied en attendant un conseil de discipline.

Patrick Toulmet assure que « les bras (lui) en sont tombés » lorsqu’il a appris l’affaire, s’agissant d’une enseignante « sans problème particulier » jusqu’alors.

Outre cette affaire, « aucun autre incident grave » lié aux attentats de Paris n’a été recensé dans cet établissement, qui accueille quelque 1500 élèves de 16 à 25 ans, selon Patrick Toulmet, qui préside par ailleurs la Chambre des métiers locale, l’organisme de tutelle.

sources: http://www.lexpress.fr le 16 janvier 2015

« Charlie » : Hollande et Valls portent la kippa pour les victimes. Et la laïcité ?

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Ceremony at the Grand synagogue after Jihadist attacks

 

En attaquant la rédaction de « Charlie Hebdo » et une épicerie casher les trois assassins se revendiquant de l’islam radical, ont visé la laïcité.

 

C’est pour avoir blasphémé que les membres du journal satirique ont été tués, et c’est par antisémitisme notamment religieux qu’Amedy Coulibaly s’est attaqué à l’Hyper Cacher situé près de la Porte de Vincennes.

 

Si les rassemblements massifs et répétés depuis le 7 janvier dernier, avec en point d’orgue les marches du 11 janvier, ont mis en avant les valeurs de la République et de la liberté d’expression, ils ont néanmoins peu mis en relief la revendication de la laïcité. Un principe qui figure pourtant à l’article premier de la Constitution de la Cinquième République.

 

Hollande et Valls coiffés d’une kippa

 

Les plus hauts représentants de l’Etat français ont clos la journée de mobilisation du 11 janvier en se rendant à la cérémonie d’hommage aux victimes qui s’est tenue à la grande synagogue de Paris, où ils ont coiffé la kippa, laissant donc la laïcité de côté. Rappelons qu’après l’attentat antisémite rue des Rosiers à Paris en 1982, François Mitterrand s’était rendu à la synagogue de la même rue coiffé d’un chapeau, et non d’une kippa.

 

Il y a d’autres façons, laïques, lorsque l’on est représentant de l’Etat, de marquer son refus de l’antisémitisme et la défense de la liberté de conscience. Cette liberté est d’ailleurs l’un des deux principes fondamentaux de la laïcité telle qu’elle figure dans la loi de 1905, l’autre étant la stricte séparation du politique et du religieux.

 

Cette séparation est précisément la raison pour laquelle le blasphème n’existe pas en droit français. Même dans le cas exceptionnel de l’Alsace-Moselle, où le code pénal local fait mention du délit de blasphème dans un texte en langue allemande qui n’a pas fait l’objet d’une publication officielle en français, le délit reste inapplicable. La désuétude de la loi avait d’ailleurs motivée les représentants des principaux cultes, dont l’islam, a en demander l’abrogation.

 

Blasphémer un prophète de l’islam n’est pas de l’islamophobie

 

C’est contre le principe de la séparation des « églises » et de l’Etat que les membres de la rédaction de « Charlie Hebdo » ont été assassinés. Et c’est ce même principe qui est attaqué par les élèves qui considèrent que les dessinateurs de l’hebdomadaire satirique ont blasphémé le prophète de l’islam et que l’on pourrait comprendre, même sans l’approuver, qu’ils l’aient payé de leur vie.

 

Blasphémer un prophète de l’islam n’est pas de l’islamophobie, et si islamophobie il y a, c’est devant la justice que doit être portée l’affaire.

 

En France, la religion musulmane n’a ni à bénéficier d’un traitement de faveur, ni à subir des discriminations. Comme toute autre religion, elle peut faire légalement l’objet de critiques et de dérision. Et comme pour toute autre religion, l’État doit garantir la liberté de conscience des musulmans.

Les croyances religieuses ne peuvent néanmoins pas soumettre la République à des lois et principes religieux. Comme cela a dû être rappelé dans un autre contexte à certains opposants de la « Manif pour tous » à l’extension des droits et devoirs du mariage aux homosexuel-le-s.

 

Des musulmans peuvent se sentir offusqués par des caricatures de Mahomet et peuvent l’exprimer, mais ils ne peuvent prétendre interdire cette pratique, réitérée ce mercredi 14 janvier par « Charlie Hebdo ».

 

C’est la séparation du politique et du religieux qui permet la liberté de conscience, et qui permet aux citoyens français de croire et de pratiquer la religion qu’ils souhaitent. Voilà ce qu’il faudrait rappeler à l’ensemble de la société, à l’ensemble des croyants de France et aux élèves soutenant ou excusant les attentats.

 

La garantie de pouvoir croire en Allah et aux prophètes de l’islam en France, dans la sphère privée, repose sur la séparation du religieux et du politique et l’absence, donc, de la notion de blasphème dans la loi. Ce qui vaut aussi pour les autres religions.

 

En portant ostensiblement un signe religieux, le chef de l’État et le Premier ministre n’ont pas mis en lumière ces principes fondamentaux de la République française. Au contraire, ils entretiennent ainsi la confusion, portent atteinte au principe de laïcité et brouillent ce qui a été sans doute l’un des moteurs des rassemblements : le besoin de redonner du sens au vivre-ensemble.

 

29% des Français sont athées

 

La tendance à l’économisme dans les discours politiques ne peut d’ailleurs suffire à combler ce besoin. Au contraire, le discours de gouvernance gestionnaire laisse un vide abyssal que les extrêmes prétendent combler, en faisant valoir l’exclusion par la promotion d’un vivre-ensemble restreint à l’entre-soi, ou la soumission de toutes les différences.

 

L’économiste Bernard Maris, tué le 7 janvier dans l’attentat contre « Charlie Hebdo », avait à cœur de dénoncer cet économisme asséchant le sens politique, dans une société qui ne peut se satisfaire d’une marche symbolique entre République et Nation. La laïcité est l’un des principes du vivre-ensemble, à condition de ne pas s’en servir pour exclure une religion en particulier qui, qu’on s’en réjouisse ou non, fait aujourd’hui partie du paysage culturel français.

 

La laïcité ne concerne d’ailleurs pas seulement les confessions religieuses, mais aussi leur absence. Beaucoup de « Charlie » des manifestations s’affichaient chrétiens, juifs, musulmans. Peu se disaient athées ou agnostiques. Pourtant, selon une étude menée en 2012 par WIN-Gallup International, la France se situe au quatrième rang mondial de l’athéisme. 29% des Français s’affirment athées convaincus, 34% se disent non-religieux. En tant qu’athée laïque, je tenais à le souligner.

sources: lenouvelobs.com le 17 janvier 2015

Nouvelle allocation de 434€/mois aux jeunes des banlieues ne cherchant pas de travail

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

image8

Pour se donner un peu de courage, sortir de beau matin pour chercher du boulot, trouver un apprentissage, prendre le métro en compagnie des « sans dent », s’insérer dans le tissu social et autres balivernes que l’on ressort tous les jours vis à vis de ces pauvres jeunes sans emploi, forcément abandonnés dans les « cités défavorisées », laisser aux mains « des racistes franchouillards », ces pauvres jeunes victimes de la méchante société française qui ne le veut que du mal, vont pourvoir participer à la tambouille familiale, œuvrer à mettre du beurre dans le couscous en offrant une allocations distribuée par le très cher Président de la République et son équipe de la « socia-lie ». Jugez-en.

Source Service public.fr

Depuis le 2 octobre 2014, le gouvernement expérimente la “garantie jeunes banlieues” : 434 euros par mois, versés dans un premier temps à 100 000 jeunes sans emploi et ne suivant aucune formation.

En 2015, 61 nouveaux territoires supplémentaires vont être concernés par le dispositif de « garantie jeunes ». C’est ce qu’a annoncé le ministère du travail lundi 1er décembre 2014.

Ce dispositif dont les modalités de mise en place avaient été fixées par un décret et un arrêté du 1er octobre 2013 concerne les 18-25 ans en situation de précarité, sans emploi et sans formation. Il propose un accompagnement renforcé vers l’emploi, avec une allocation d’un montant équivalent au revenu de solidarité active (RSA) pendant les périodes sans emploi ni formation.

C’est dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale que cette « garantie jeunes » avait été proposée en décembre 2012.
Sources:  http://lagauchematuer.fr le 16 janvier 2015

Islamophobie : tué par 17 coups de couteau dans le Vaucluse 16 janvier 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

17-coups-de-couteau-620x330

 

C’est dans une effroyable stupeur que la nouvelle s’est répandue dans la petite commune du Beaucet. Un Vauclusien de 47 ans sans histoires, marié et père d’un bébé a été assassiné hier soir, froidement, de 17 coups de couteau par un voisin en délire. La piste islamophobe ne peut être exclue compte tenu des propos tenus.

Il le tue froidement en criant “Je suis ton Dieu”

Les médias ont déformé la vérité des faits. Nous la rétablissons donc avec la version officielle provenant de la femme de la victime et de ses proches. L’individu aurait pénétré aux alentours de 1h30 le domicile qu’occupait la famille. Il aurait pénétré par la porte et aurait crié à de nombreuses reprises “C’est moi ton Dieu, c’est moi l’Islam !”

La victime à terre se serait défendue comme elle a pu, mais après quelques coups de couteau, il s’est effondré. La femme, elle, a essayé de s’interposer mais en vain en lui retirant le couteau, elle sera elle-même blessée. Son mari aura un dernier mot pour elle et leur enfant en lui ordonnant de s’enfuir vite. Elle ira donc au commissariat le plus proche.

Le meurtrier serait revenu

Le meurtrier âgé de 28 ans serait revenu avec un autre couteau et aurait donc poignardé l’homme à terre, l’achevant et parachevant son art. 17 coups de couteau au total. De quoi montrer la folie de cet individu qui, malgré ce qu’on pourrait croire, ne souffre d’aucun mal psychique. Il était libre, ses propos bien qu’odieux étaient sensés. C’est un réel acte prémédité, un acte islamophobe immonde qui a été perpétré. Le tueur est décrit comme un drogué, pas un comme un psychopathe à interner. Le mobile de la folie, uniquement, est trop léger d’autant plus qu’il n’y avait aucun différend entre les individus.

On relate également que l’individu a été retrouvé en tee-shirt, cela s’explique par le fait que ses habits étaient amplis de sang après le carnage qu’il a perpétré. Donc encore une fois, rien ne légitimant la folie, un comportement tout à fait normal pour quelqu’un qui voudrait atténuer sa responsabilité et dissimulé le sang dont il est maculé.

Cet acte odieux doit être pris comme un acte anti-Islam, contre une communauté, un citoyen de France, un père de famille, un innocent. Un acte contre toute la France et nous espérons qu’il sera traité comme tel au vue de l’actualité du moment.

sources: http://www.katibin.fr le 16 janvier 2015

Attentat à Charlie Hebdo : Le débat sur l’attentat sous « fausse bannière » s’intensifie

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

706187-paris-mayor-anne-hidalgo-poses-near-a-banner-which-reads-charlie-hebdo-honorary-citizen-of-paris-dis

Des experts déclarent à l’agence Anadolu que les craintes que les « attentats terroristes » aient été organisés pour diaboliser les musulmans « doivent être prises au sérieux et faire l’objet d’une enquête ».

 

Plusieurs experts ont déclaré que les craintes largement exprimées sur les réseaux sociaux et Internet associant le massacre à Charlie Hebdo à une opération sous « fausse bannière », ou imputable à des agents occidentaux devaient être prises au sérieux maintenant que l’on sait que les deux frères Kouachi accusés de la tuerie à Paris étaient depuis des années sur les listes des personnes surveillées par les services secrets britanniques et étatsuniens.

Le débat sur les motivations possibles des attentats et les soupçons d’une possible « manipulation » s’est intensifié mardi, un jour après qu’un article publié sur une page Web imitant le site de la BBC s’est propagé de manière virale sur les réseaux sociaux. Ce texte remettait en cause l’authenticité d’une vidéo de YouTube montrant un officier de police abattu par un homme armé durant l’attentat contre Charlie Hebdo.

Les soupçons ont encore augmenté lorsque les médias européens ont rapporté que Chérif et Saïd Kouachi, [les deux hommes] qui ont perpétré le massacre au siège du magazine satirique avant d’être tués plus tard lors d’un échange de tirs avec la police dans un village proche, avaient été identifiés en 2010 comme une « menace terroriste potentielle », placés sur une liste de personnes sous surveillance et interdits de vol par les autorités britanniques.

Le quotidien britannique The Guardian a rapporté que les deux frères avaient été répertoriés dans une base de données étatsunienne sous l’étiquette de « suspects de terrorisme » et interdits d’entrée aux USA après avoir été identifiés comme membres d’une cellule terroriste créée en 2003 et chargée d’envoyer des volontaires en Irak.

Ces articles ont encore ajouté aux inquiétudes suscitées à la fois par la nature et l’orientation de la « guerre à la terreur » menée par les USA, et par les motifs cachés derrière cette campagne politique et militaire lancée aux États-Unis sous l’administration de George W. Bush après les événements du 11 septembre 2001 à New York.

Les Européens contre les guerres

De nombreux utilisateurs d’Internet et des réseaux sociaux ont fait part de leurs soupçons quant à ce que beaucoup ont interprété comme les signes typiques de liens entre les services secrets étatsuniens et britanniques et les auteurs de ces « attentats terroristes ».

Paul Craig Roberts, rédacteur adjoint au Wall Street Journal et Secrétaire adjoint au Trésor étatsunien sous l’administration Reagan, a déclaré mardi à l’agence Anadolu que les événements de Paris ressemblaient à une opération sous ‘fausse bannière’, conduite avec la participation des services de renseignement occidentaux dans le but de ramener la France « dans la sphère d’influence de Washington » et pour « réaligner l’Europe sur Israël ».

M. Roberts a expliqué : « Je ne dis pas que c’était une opération ‘sous fausse bannière’. Je dis que ça y ressemble.
Une autre raison serait de vouloir se débarrasser de l’opposition croissante en Europe contre la poursuite des guerres au Moyen-Orient. »

Il a poursuivi : « Si l’on considère le nombre de journalistes de guerre tués par l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL), lequel est financé et organisé par Washington, le tumulte créé par la mort des dessinateurs a toutes les apparences d’une manipulation.

« Que ce soit une opération ‘sous fausse bannière’ ou pas, ces meurtres ont clairement été utilisés dans des buts plus larges, à savoir, susciter la haine envers les musulmans, et soutenir la « guerre contre le terrorisme » lancée par le président étatsunien George W. Bush immédiatement après le 11 septembre. »

La guerre contre l’Iran

Les commentaires de Roberts font écho aux inquiétudes – longuement débattues sur les médias sociaux – causées par les propos tenus en 2007 par le général quatre étoiles Wesley Clark, retraité de l’armée étatsunienne, qui était commandant de l’OTAN pendant la guerre de Yougoslavie, en 1999.

Clark a évoqué en 2007, lors d’une interview vidéo avec Amy Goodman – journaliste étatsunienne de Democracy Now -, une note classifiée dont lui avait parlé un général de l’état-major interarmées U.S. au moment des premiers bombardements de l’Afghanistan – et qui disait : « nous allons envahir sept pays dans les cinq années à venir, en commençant par l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour terminer, l’Iran ».

Daniele Ganser, directeur du SIPER (Swiss Institute for Peace and Energy Research, ou Institut Suisse pour la paix et la recherche sur l’énergie), a déclaré à l’agence Anadolu : « Les chercheurs doivent tenter de savoir si le récent attentat terroriste à Paris était une opération ‘sous fausse bannière’ perpétrée dans le but de discréditer globalement les musulmans et justifier les bombardements de pays musulmans qui ont lieu depuis de nombreuses années maintenant, et qui se poursuivent ».

Il a expliqué que « pendant la Guerre froide, des attentats terroristes ‘sous fausse bannière’ ont été commis par des criminels liés aux services secrets européens, à la CIA et aussi à l’OTAN. Un réseau armé secret, connu sous le nom de ‘Gladio’, préparait la guerre en sous-main dans l’éventualité d’une invasion soviétique ».

La Grande-Bretagne manipule les extrémistes

Ganser a poursuivi : « À cette époque-là, l’ennemi officiel de Washington et de l’OTAN était la Russie communiste.

Faute d’invasion effective, les criminels du réseau Gladio ont perpétré des attentats terroristes en Italie et dans d’autres pays, en semant de faux indices dans le but de discréditer les communistes ».

Ganser a fait remarquer que certains pays de l’OTAN ont bombardé plusieurs pays musulmans, ces dernières années, dont l’Afghanistan, la Libye, l’Irak et la Syrie.

Kevin Barrett, éditeur de Veterans Today (site web d’information étatsunien des vétérans de guerre), a déclaré lundi dernier : « Le gouvernement britannique collabore depuis longtemps avec des extrémistes salafistes et wahhabites, qu’il protège et manipule pour atteindre ses propres objectifs politiques ».

L’histoire de la parodie de la BBC

Ces commentaires ont surgi au lendemain de la propagation virale sur les réseaux sociaux d’un article paru sur un site Web ressemblant à s’y méprendre à celui de la BBC, et qui posait des questions sur l’authenticité de la vidéo montrant l’un des deux hommes armés tuer un officier de police après l’attaque de Charlie Hebdo à Paris la semaine dernière.
Ce faux commentaire [de la BBC] expliquait que « le clip vidéo diffusé par les agences de presse partout dans le monde au sujet des récents événements à Paris était examiné attentivement », en référence à un certain nombre d’anomalies identifiées sur la vidéo YouTube du massacre de Charlie Hebdo.

L’article mettait en avant la présence de ce qui est décrit comme des « marqueurs au sol » dans la vidéo des deux hommes armés tuant le policier – deux lignes noires à angle droit sur le bitume au milieu de l’emplacement de la voiture lorsque le clip commence, ainsi qu’une chaussure positionnée carrément devant la porte de la voiture d’où sort le passager.

Le texte suggère une coupure dans la vidéo entre le moment où le policier reçoit apparemment une balle dans la tête, et celui où le tueur remonte côté passager dans le véhicule, lequel semblait avoir reculé un peu par rapport à sa position initiale – avec une deuxième ligne noire tracée au sol à angle droit de la direction de la route, ligne qui apparaît plus clairement au niveau de la roue avant droite.

L’expansion militaire US

L’homme armé saisit ensuite la chaussure et la remet dans la voiture où il monte lui-même.

L’article citait les propos d’un certain David Mayhew, décrit comme un « expert médico-légal et de la balistique » : « Si la vidéo montre les événements tels qu’ils se sont passés, alors selon moi, il est très probable que l’arme a feu que l’on y voit tire des balles à blanc et non celles conventionnelles ».

Le faux article concluait : « Alors que de nombreuses théories ont vu le jour sur ces aspects et sur d’autres, le consensus général parmi non seulement les sceptiques, mais aussi d’importantes agences de presse, est que l’événement tout entier est un « False-Flag », un attentat ’sous fausse-bannière’ perpétré par la CIA et/ou le Mossad et faisant partie d’une « psy-ops » (une opération psychologique) conduite dans le but de susciter la haine contre l’islam et de soutenir ce qui jusqu’à maintenant n’est qu’une faillite générale, à savoir la campagne militaire en Irak, en Syrie et au Moyen-Orient. »

Ce genre de discours reflète des questionnements authentiques sur Internet et sur les réseaux sociaux qui n’ont eu de cesse de remettre en cause la « guerre contre le terrorisme » menée par les USA et la constante expansion militaire et guerrière conduite par les USA qui a marqué la période post-11-Septembre.

Tommy Hansen, COPENHAGEN | 13 janvier 2015

 

Manuel Valls veut créer des camps de concentration et contrôler Internet

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Prime Minister Valls political speech in Parliament

 

Manuel Valls a estimé ce mardi devant l’Assemblée nationale française que, face au terrorisme, il fallait prendre « des mesures exceptionnelles », mais « jamais des mesures d’exception » mettant en danger l’Etat de droit en France.

« A une situation exceptionnelle doivent répondre des mesures exceptionnelles. Mais je le dis avec la même force : jamais des mesures d’exception qui dérogeraient au principe du droit et des valeurs », a déclaré le Premier ministre français devant l’Assemblée nationale, lors de l’hommage aux victimes des attentats de la semaine dernière.

Renforcer les services de renseignement

Manuel Valls a tout de même affirmé la nécessité de « régulièrement renforcer » les« services en charge du renseignement intérieur et la juridiction antiterroriste ».

« Tirer des leçons » des attentats de la semaine dernière, « c’est d’abord prendre conscience que la situation change en permanence et que les services en charge du renseignement intérieur et la juridiction anti-terroriste doivent être régulièrement renforcés », a affirmé le Premier ministre français devant les députés.

Il a également annoncé la création «avant la fin de l’année» de «quartiers spécifiques» en prison pour les détenus «radicalisés».

Le Premier ministre a demandé au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve des propositions concernant le contrôle d’internet

« J’ai demandé au ministère de l’Intérieur de m’adresser dans les huit jours des propositions de renforcement. Elles devront concerner notamment Internet et les réseaux sociaux, plus que jamais utilisés pour l’embrigadement, la mise en contact et l’acquisition de techniques permettant de passer à l’acte », a assuré le Premier ministre.

Solidarité européenne aussi dans les budgets

Manuel Valls en a de nouveau appelé mardi l’Europe à une plus forte contribution aux opérations militaires menées par la France contre le djihadisme au Sahel. Cet effort est « coûteux », a souligné le Premier ministre français. « La solidarité de l’Europe, elle doit être dans la rue, elle doit être aussi dans les budgets, à nos côtés », a-t-il ajouté dans son discours devant les députés après les attentats de la semaine dernière en France.

sources http://news360x.fr le 16 janvier 2015

12345

info + |
Immobilier et habitat à Tou... |
INFOS SUBTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Veriteverite
| Detoutderien
| Leblogdejustinevioletta