navigation

Une bombe à neutron larguée au Yémen par un avion israélien aux couleurs saoudiennes 26 mai 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Une vidéo reçue en provenance du Yémen, dont on pense qu’elle a été prise le 20 mai 2015, et montre une explosion qui, après analyse par des experts en armes nucléaires, est, avec une très forte probabilité, une bombe à neutrons qui ne pouvait être qu’une attaque israélienne, l’armée la plus morale du monde !

Image de prévisualisation YouTube

Analyse :

  1. Ce n’est pas une bombe conventionnelle de 2000 livres. Elle est beaucoup plus grosse.
  2. C’est soit une très grosse MOAB (Massive Ordnance Air Blast Bombbombe de destruction massive par souffle) supérieure à 4 000 lb ou??? Le poids maximum pour un F-15 / 16 est d’environ 2 000 lb par support de lancement de bombe, ce qui rend le déploiement d’un MOAB impossible.
  3. Il apparait qu’il s’agit d’une petite bombe à neutrons. La taille, la couleur, les effets lumineux, la durée de la boule de feu suspendue dans les airs et le très grand champignon atomique, sont les principaux signes qui peuvent nous y faire penser. L’appareil CCD qui a filmé les images s’est mis à « scintiller » (détection des Neutrons) avec des flashs de pixels blancs dans la vidéo. Quand une photo contient des flashs de pixels blancs, c’est parce qu’elle est frappée par des neutrons de l’explosion de la boule de feu nucléaire. Ils surchargent le circuit électronique de la CCD, produisant des éclairs blancs. Si les radiations sont trop élevées, elles brûlent la puce. Il y a eu de gros problèmes avec cela au Japon avec les caméras des robots de Fukushima à cause du niveau très élevé de radiations.
  4. Le transport de la bombe a très probablement été effectué par un F-16 de l’armée israélienne repeint en avion saoudien. Ils ne cachent même plus l’utilisation du nucléaire, ils refusent juste de l’admettre publiquement. Et l’AIEA ne fait rien ou ne dit rien. C’est le crime de guerre par excellence. L’ONU se contente de l’ignorer à moins que les États-Unis, la France ou la GB se plaigne… La Russie et la Chine ne disent rien.
  5. C’est maintenant la deuxième utilisation connue d’armes nucléaires au Yémen par l’Arabie Saoudite…

Post-scriptum :

  1. Le champ de la caméra est évalué à environ 6 à 8 km du point d’impact, si l’on se réfère sur le timing de l’onde de choc.
  2. L’Arabie Saoudite ne possède pas de F-16. L’avion censé avoir servi à larguer la bombe au Yémen était un F-16. Les photos et la signature acoustique confirment que le bruit des moteurs provient d’un seul chasseur à réaction de type F-16.

Jeff Smith est un physicien nucléaire et ancien inspecteur de l’AIEA.

Traduit par Avic – Réseau International

Un vaste complot se dessine contre l’Algérie, avertit Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Russie. 25 mai 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

94544643

 

Etant des alliés traditionnels, M.Lavrov a notamment réitéré le soutien de son pays à l’Algérie. Le chef de la diplomatie russe a dévoilé, lors de son passage en Tunisie, que l’Algérie est devenue la cible des instigateurs et autres fomenteurs qui insistent pour y écrire le dernier épisode d’un supposé printemps arabe. Aussi, a-t-il mis en garde les autorités algériennes contre lesinstigateurs de ce qu’on appelle «printemps arabe».

Le ministre russe des AE incrimine directement ceux qui ont été à l’origine des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, d’où parvient la plus grande menace contre l’Algérie. Il estime que les conspirateurs du nouvel ordre mondial établissent leurs plans à base d’une politique d’influence en misant sur les minorités populaires et les réseaux terroristes.

Cependant, cette menace soulignée par Moscou n’est pas nouvelle pour les services de renseignements algériens, pas une menace qu’ignorent les services de renseignements algériens. Soumis à une très forte pression depuis le début de la guerre civile en Libye, les forces de sécurité algériennes ont misé sur leur expérience acquise sur le terrain de la lutte antiterroriste. En un temps relativement court, des milliers d’informations et de témoignages de première main ont été analysés et recoupés par les services du DRS engagés dans une course contre la montre contre tous genres de menaces, notamment des groupuscules criminels nés à l’ombre d’une crise libyenne qui aura servi de catalyseur au mouvement jihadiste. Un mouvement relativisé et parfois banalisé par l’ensemble des parties entrées en guerre contre le régime d’El Gueddafi, dont la France, la Grande-Bretagne et les USA.

Dans leur banque de renseignements les services de sécurité ont réussi à identifier des réseaux nouvellement constitués composés de Marocains et de Libyens.

L’arrestation de plusieurs agents du Mossad en Algérie en est la preuve tangible. Ne jugeant pas nécessaire de dévoiler le véritable scénario programmé contre l’Algérie, des sources très au fait du contexte confient que l’Algérie constitue «un terreau fertile» pour les grands appétits occidentaux. Le rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’homme qui épingle paradoxalement l’Algérie et l’analyse du Combating Terrorism Center (CTC) de l’Académie militaire de West Point qui a mis sous la loupe tout ce qui se passe dans le sud de l’Algérie, prétextant que cette région névralgique de l’économie du pays, serait l’épicentre d’un éclatement populaire à cause de la marginalisation des minorités, ne peuvent être considérés que comme une introduction aux véritables visées des Occidentaux.

Une perception initiatrice de ce qui se prépare. «L’Algérie est-elle dans le collimateur des USA?» s’interrogeait L’Expression dans l’une de ses précédentes éditions! La réponse a été révélée dans les colonnes du Los Angeles Times. Le journal rapporte que «des troupes de forces spéciales américaines se sont installées en Tunisie». Cette présence dont nous avons fait foi, mais démentie par les autorités tunisiennes est justifiée, souligne le même organe de presse par le fait «d’entretenir les forces militaires tunisiennes en matière de lutte contre le terrorisme».

Les marines dont le nombre serait d’une cinquantaine ont pris position au sud de la Tunisie à un vol d’oiseau des frontières algériennes depuis le mois de janvier 2014. «Un avion de type hélicoptère s’y est installé aussi», précise encore le Los Angeles Times. Ce n’est que l’aspect visible de l’iceberg et de l’énorme stratégie de guerre annoncée contre l’Algérie.

En effet, depuis la fin de l’année précédente, des informations vérifiées font état d’une forte présence d’agents des services de renseignement américains et d’agents de l’Africom dans le Sud tunisien. Jalouse de sa souveraineté, l’Algérie avait agi en un temps record pour libérer plus de 600 otages tout en sécurisant le périmètre. L’Unité spéciale appelée à mener l’opération avait impressionné le monde entier par son professionnalisme! Même si les USA prétextent leur mobilisation en Afrique pour une coordination de lutte contre le terrorisme et pour préserver leurs intérêts, il est tout de même difficile de ne pas croire que les USA n’ont pas un intérêt pour une partie de l’Algérie dont les réserves de gaz de schiste, de gaz conventionnel et d’autres minéraux comme l’uranium.

Des clans complaisants sont déjà sur le terrain pour la mise en marche de la locomotive de déstabilisation.

http://www.chaos-controle.com le 24 Mai 2015

 

L’épouse de Wolinski dénonce les incohérences de l’attentat à Charlie Hebdo

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

wolinski-607x408

 

Le dessinateur a été abattu un matin de janvier assassiné par les frères Kouachi dans les locaux de Charlie Hebdo , Georges Wolinski a laissé une œuvre inachevée et des phylactères vides à tout jamais. Il a surtout laissé une veuve déterminée : « Je veux connaître la vérité sur les attentats ».

La voix douce et fluette, Maryse Wolinski tente de reprendre le cours de sa vie. Une vie qui tourne toutefois au ralenti depuis qu’elle a perdu son mari. « Tout me semble sombre et compliqué », confie-t-elle. Attendue ce mercredi 27 mai à Briançon dans le lycée que Georges avait fréquenté, Maryse Wolinski traverse son temps de deuil avec tristesse, évidemment. Avec colère, aussi.

Quatre mois et demi après les attentats et la mort de votre mari, comment allez-vous ?
Je vais mal. Après 47 ans de vie commune avec un homme comme Georges, on peut difficilement se remettre d’une fin si brutale. Il était généreux, amoureux : je ne sais pas comment continuer à vivre sans son regard. Nous avions une vie facile, agréable, légère et aujourd’hui, tout me semble sombre et compliqué. Au quotidien, je fais comme s’il était parti en vacances… même si je sais qu’il ne reviendra plus. Je n’ai rien touché à l’appartement mais je ne vais pas pouvoir y rester. De toute façon, je n’en ai pas les moyens, je gagne beaucoup moins d’argent que Georges.

Votre vie privée est désormais cadencée par des obligations publiques. Pourquoi répondre à toutes ces sollicitations ?
C’est vrai, je réponds à beaucoup de sollicitations en France comme à l’étranger et ça me prend beaucoup de temps. Je le fais pour Georges. Je suis contente pour lui. Je préfère lui rendre des hommages plutôt que d’aller chez un psy. Ça me fait du bien de découvrir la France sous cet angle-là. Je suis même allé à Tunis, là où il est né, pour une cérémonie d’hommage : c’était très émouvant.
Vous semblez tout de même tracassée…
Je le suis. Je dois régler les problèmes de succession pour valoriser l’œuvre de Georges : c’est compliqué administrativement.

Le sentiez-vous en danger avant les attentats ?
Pas tellement. Il n’avait jamais dessiné Mahomet. Mais nous avions été mis sous protection au moment de “l’affaire des caricatures” en 2006 et puis ensuite, rien. Il ne m’avait même pas dit que Charb était visé par une fatwa. Il me protégeait. Si je l’avais su, je lui aurais demandé de quitter Charlie Hebdo.

Mais vous saviez tout de même que Charlie Hebdo était dans le collimateur des intégristes ?
Oui. Mais ce sont des failles dans le système de sécurité à Charlie Hebdo qui ont conduit à ce drame du 7 janvier. D’ailleurs, je mène ma petite enquête de mon côté car j’estime qu’il y a des zones d’ombre dans le déroulé des faits. L’attentat a été commis un jour où tout le monde ou presque était réuni à la rédaction : ça n’arrive jamais mais là, ils avaient prévu de partager une galette des rois et comme par hasard l’attentat a eu lieu ce mercredi et ça n’est pas anodin. Aussi, j’ai noté beaucoup d’incohérences, de différences entre les mesures de protection réelles à Charlie Hebdo et les préconisations de la préfecture de police. Je voudrais aussi savoir pourquoi l’acte de décès de mon mari a été signé à 11h30 alors que les frères Kouachi sont arrivés à Charlie Hebdo à 11h33. J’ai plein de questions à poser au juge d’instruction dans le cadre de ma contre-enquête.

http://quenelplus.com le 24 Mai 2015

Thierry Borne : « je viens récupérer mon camion » 22 mai 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

maxresdefault (1)

Jeudi 21 mai 2015, Thierry Borne vient récupérer son camion confisqué depuis un mois et demi par les autorités françaises. Une quinzaine de personnes se sont déplacées pour soutenir Thierry. La gendarmerie, manifestement au courant de l’opération, a envoyé plusieurs véhicules avec des hommes armés.
Après l’opération du matin à Genay (69), Thierry Borne choisi d’aller directement s’expliquer auprès du Procureur de Bourg-en-Bresse (01).

Image de prévisualisation YouTube

DÉBARQUEMENT : RECADRAGES MÉMORIELS 15 mai 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

original.71916

 

On peut évidemment pinailler ce spectaculaire schéma. On peut rappeler, par exemple, qu’à la différence de celui des USA, le territoire de l’URSS avait été envahi par les Allemands, ce qui biaise légèrement toute comparaison. On peut malicieusement rappeler à Berruyer que parmi les soldats de l’Armée rouge, se trouvaient nombre d’Ukrainiens, ce qui justifie pleinement l’invitation en Normandie du nouveau président Porochenko (même si, à en croire Le Monde, cette invitation ne doit pas grand chose à l’équité mémorielle, et beaucoup à l’actualité). On peut surtout redire que cette disproportion ne retire rien à l’héroïsme des troupes anglo-américaines débarquant sous la mitraille des bunkers allemands.

Reste que ce schéma redit l’essentiel : que la guerre fut gagnée à l’Est, avant de l’être en Normandie. Sans le sacrifice des soldats soviétiques, pas de victoire finale. Sans Stalingrad, le débarquement anglo-américain aurait été impossible. Pourquoi, alors, ne l’enseigne-t-on pas ainsi aux petits Français ? Parce que l’Histoire est fabriquée par les contingences du moment. Parce qu’il était impossible, pendant la guerre froide, de reconnaître que la France devait sa liberté à l’URSS, analysait sur France Inter, ce matin, l’historien Denis Peschanski, président du conseil scientifique du Mémorial de Caen. Et de rappeler aussi comment l’appréciation, par les Français, du rôle de l’URSS dans la seconde guerre mondiale avait varié après-guerre, en fonction des vicissitudes politiques. Autant de rappels historiographiques bienvenus qui n’empêchèrent pourtant pas, quelques minutes plus tard, un journaliste de la station d’estimer que Poutine  »gâchait un peu la fête » des commémorations du Diday. Il n’avait pas dû écouter sa propre antenne.

sources:  Daniel Schneidermann le 06/06/2014

Dictature socialiste: Grand Corps Malade interdit de concert  » je ne compte pas me taire »

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

LA ROCHELLE : Festival des Francofolies

 

Interdit de chanter à domicile. L’artiste Grand Corps Malade devait être en concert le 21 mai prochain au Théâtre neuf du Blanc-Mesnil. Mais la présence annoncée de Rachid Taxi n’a pas été appréciée par la municipalité qui a décidé d’annuler le concert de l’artiste. Pour Grand Corps Malade, cette décision n’a aucun sens. Il s’explique.

Le coup de fil était inattendu.

Le programmateur de la salle du Blanc-Mesnil, le Théâtre neuf, m’informait d’un souci pour mon concert du 21 mai du Funambule Tour. À savoir qu’il s’était dit dans les couloirs de la mairie que je ferais monter sur scène, pour chanter en duo avec moi « Inch’Allah », Rachid Amghar, celui qu’on appelle entre nous Rachid Taxi…

Ce n’était ni une exclu ni confidentiel, ce duo j’essaye toujours de le chanter avec Rachid, quand il est disponible pour me rejoindre sur scène.

Sur scène  je ne fais que partager ma musique

Au bout du fil on me précise que le souci est réel, qu’on a peur à la mairie, que Rachid ne se serve de ma scène comme d’une tribune politique, qu’il ne se contente pas de chanter.

Il faut ici ajouter, pour que cette inquiétude prenne tout son sens, que Le Blanc-Mesnil est à la fois ma ville de naissance et celle de Rachid qui, fidèle à ses valeurs, est un citoyen engagé qui n’hésite pas à prendre la parole dans cette municipalité récemment élue.

Faut-il préciser pourtant que jamais je n’ai utilisé mes scènes pour faire passer autre chose que mes textes et ma musique, que je considère assez porteurs de mes valeurs pour ne pas en rajouter ?

Et quand bien même, ne serait-ce pas la liberté d’un artiste de partager ce moment comme il l’entend avec les spectateurs qui sont venus, payant leur place, l’écouter. Parce qu’ils aiment sa musique mais aussi pour ce qu’il est ?

C’est ce que j’ai répondu au programmateur et à la municipalité. Les assurant, y compris par écrit, du statut purement « artistique » de la participation de Rachid au concert.

Il faut croire que ma parole, celle de mon producteur et celle de Rachid ne suffisaient pas.

Interdit de parole et de musique, je ne compte pas me taire

Le courrier est arrivé par recommandé, annulant purement et simplement un concert déjà rempli aux deux tiers. Pour des raisons d’assurance.

Le Funambule Tour ne passera pas par Le Blanc-Mesnil, parce que la municipalité a pris peur de la potentielle phrase d’un citoyen concerné. Me voilà de fait dissident politique, interdit de parole et de musique.

Qu’attendait la municipalité ? Que je me taise ? Que je laisse les spectateurs face à une annulation que je n’ai pas choisie ? Qu’à un moment où on ne parle que de liberté d’expression, de la façon de la sauvegarder, de la façon de la protéger, je nous laisse condamner au silence, moi et mon ami qui ne voulions, finalement, que chanter ?

Car c’est bien là que le sort est joueur : ce duo sur « Inch’Allah », si nous le chantons ensemble, c’est qu’il nous ressemble. Nous ne l’avons jamais vu que comme un appel à faire se rejoindre tous ceux qui l’écoutent dans une même fête pleine d’espérance. Dans un moment de musique nous chantons « le son qui éclaire, qui partage, qui rassemble ».

Rachid Taxi et moi, nous continuerons à chanter fort

Des paroles salutaires, qui terminent un concert où la musique est reine par un moment festif, où le public souvent se lève et danse. Un moment unique, pour les artistes que nous sommes, la communion de tous autour d’une chanson qui porte haut nos valeurs d’espoir, de mixité et de partage. Simplement.

Nous aimons clamer haut et fort « si on chantait de toutes les couleurs, on va faire danser, les corps et les cœurs. Si on est tous ensemble, ça nous suffira. Si nos voix se rassemblent, on nous entendra.

Alors non, on ne va pas se taire malgré cette annulation, et que la municipalité se rassure : nous ne chanterons pas au Théâtre neuf. Mais Rachid Amghar et moi nous continuerons à chanter fort et partout ailleurs

Sources: eplus.nouvelobs.com le 15 Mai 2015

Mort de Ben Laden : la manipulation démontée 14 mai 2015

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

whitehouse-binladen

 

Séance propagande de la Maison-Blanche dans le « Situation Room » durant l’opération visant prétendument Ben Laden

Seymour Hersh démasque les mensonges officiels sur le meurtre de Ben Laden, Par Niles Williamson, 13 mai 2015.

Près de quatre ans après le raid des forces spéciales américaines ayant abouti à l’assassinat d’Oussama Ben Laden, un extraordinaire article de révélation politique du journaliste d’investigation et lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh, publié dimanche dans la London Review of Books, a enlevé le masque au récit officiel qu’en avait donné le gouvernement américain.

L’abondance de détails fournie par l’article de Hersh attire l’attention sur le fait que rien de ce qu’un responsable gouvernemental peut dire publiquement ne peut être considéré comme la vérité, et que les médias grand public fonctionnent comme une caisse de résonance pour mensonges officiels. Hersh affirme que les comptes-rendus donnés par le président Barack Obama et les membres de son cabinet « pourraient avoir été écrits par Lewis Carroll, » l’auteur d’Alice au pays des merveilles.

Parmi les affirmations exposées comme des fabrications, il y a :

• que le programme de torture de la CIA a contribué à la découverte de la cachette de Ben Laden ;
• que le raid a été réalisé à l’insu du gouvernement pakistanais ;
• que l’équipe des opérations spéciales visait à prendre Ben Laden vivant ;
• que l’équipe l’avait tué seulement quand il a résisté ;
• qu’on avait donné à Ben Laden un enterrement islamique en mer à partir du porte-avions USS Carl Vinson.

Hersh écrit que l’opération de 2011 ayant pour objectif de tuer Ben Laden a été lancée en août 2010 après qu’un ancien officier supérieur des renseignements pakistanais est allé voir l’ambassade américaine à Islamabad. Il a offert de révéler l’endroit où se tenait Ben Laden à la CIA en échange de la récompense de 25 millions de dollars promise par le gouvernement américain pour la capture du chef d’Al-Qaïda après les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Lundi soir, la chaîne NBC News a déclaré qu’elle avait confirmé indépendamment que des sources du renseignement pakistanais avaient donné l’emplacement de Ben Laden à la CIA en 2010 – l’affirmation la plus importante peut-être de l’article de Hersh, et une réfutation dévastatrice de l’histoire officielle factice servie par l’administration Obama.

http://quenelplus.com le 14 Mai 2015

Un employé de Veolia licencié pour avoir refusé de couper l’eau à des locataires

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

resize-of-veolia-642x346

 

L’histoire n’a pas fini de faire couler de l’encre. Mardi, Le conseil des prud’hommes d’Avignon a validé le licenciement d’un salarié de Veolia qui avait refusé d’effectuer des coupures d’eau pour des factures impayées.

Marc Fazio, âgé de 50 ans, a en effet été débouté de l’intégralité de ses demandes. Il réclamait notamment 362 062 euros d’indemnités ou sa réintégration au sein de Veolia, son employeur depuis 1994.

« Insubordination et désorganisation du service »

Cet employé avait reçu une lettre de licenciement, datée du 4 avril 2013, pour « insubordination et désorganisation du service » à la suite de son refus d’effectuer depuis 2009 les coupures d’eau consécutives à des impayés.

Il avait expliqué refuser d’effectuer cette tâche qui lui incombait depuis une réorganisation des services à Avignon en 2005. Il disait préférer inciter les clients à solliciter un échéancier auprès du service de recouvrement de Veolia eau, ou une prise en charge par les services sociaux.

Une version contredite par la direction

Lors des audiences, l’avocat de Veolia, Me Christian Delplancke, avait expliqué que M. Fazio avait cessé radicalement le recouvrement des impayés après le refus de la direction d’accorder aux sept employés de son service une prime mensuelle de 300 euros, et avait rejeté une revalorisation salariale mensuelle de 60 euros.

A l’issue d’une première audience en mars 2014, le conseil de prud’hommes n’était pas parvenu à trancher le litige et avait renvoyé l’affaire devant un juge départiteur qui avait examiné l’affaire en audience publique le 13 mars dernier. Marc Fazio peut faire appel de cette décision.

Sources: http://quenelplus.com le 14 mai 2015

L’Iran met en garde contre toute attaque visant son navire d’aide au Yémen

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

cargo-546x291

 

Le navire iranien Shahed, transportant 2.500 tonnes d’aide humanitaire, se dirige vers le port yéménite de Hodeidah (ouest). Il doit arriver au Yémen pendant la trêve de cinq jours, annoncée mardi soir par les parties au conflit, les rebelles chiites et la coalition arabo-sunnite menée par Ryad.

« Toute attaque contre le bateau du Croissant rouge iranien déclenchera une guerre dans la région, incendie qui serait définitivement hors de tout contrôle », a déclaré le général à la chaîne Al-Alam.

D’autre part, le général saoudien Ahmed Asseri, porte-parole de la coalition, a affirmé que le bateau d’aide humanitaire iranien ne serait pas permis de gagner le Yémen sans une concertation préalable et le « feu vert » des Nations unies.

Après sept semaines de raids aériens, une trêve humanitaire de cinq jours est entrée en vigueur au Yémen. Elle a été précédée de nouveaux combats entre rebelles houthis et partisans du président Rabbo Mansour Hadi. Ces cinq jours de cessez-le-feu doivent permettre l’acheminement de vivres et d’aide humanitaire aux populations yéménites durement touchées par les combats.

Les tensions entre Ryad et Téhéran se sont accentuées depuis le lancement des opérations de la coalition arabe au Yémen le 26 mars dernier. Les Saoudiens ont à plusieurs reprises accusé les Iraniens de fournir des armes aux rebelles, ce que l’Iran dément formellement.

Les mises en garde américaines laissent entrevoir la possibilité d’une confrontation dans les eaux qui bordent le Yémen, un passage extrêmement fréquenté, où des tensions sont déjà apparues entre Washington et Téhéran après la saisie d’un cargo par l’Iran suite à un litige commercial.

Sources: sputniknews.com le 14 Mai 2015

 

Le mensonge de nos médias, Corée du Nord : le ministre de la Défense n’a pas été exécuté au canon anti-aérien

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

140715-north-korea-kim-5a_48f5c3a301b8ba75823da207a515c4cb

 

Repris par de nombreux médias français, sans conditionnel, l’information selon laquelle Hyon Yong Chol a été exécuté par le pouvoir nord-coréen serait fausse. C’est ce qu’affirme l’Agence de renseignement de Séoul.

Le ministre de la Défense Hyon Yong-chol se serait assoupi durant des célébrations militaires et aurait tenu tête à Kim Jong-un à plusieurs reprises. Pour remettre dans le droit chemin la forte tête, Kim Jong-un, le numéro un nord-coréen, l’a fait exécuter il y a quelques semaines pour insubordination. S’assoupir lors de défilés militaires, voilà un signe d’instabilité pour le régime, affirmation des services de renseignements sud-coréens. Plus c’est gros, plus ça passe, l’exécution aurait été appliquée le 29 ou 30 avril dernier…. au canon anti-aérien et en public, nouvelle preuve de la cruauté du régime.
Le mode opératoire est spécifiquement prévu pour impressionner les esprits parait-il, sans qu’on sache bien ce que veut dire “exécuter au canon anti-aérien”.
Sauf que le Service national de renseignement sud-coréen a révisé ses déclarations après avoir affirmé que le ministre était censé être mort. L’Agence ne peut confirmer l’exécution du chef de la défense nord-coréenne. L’homme serait passé il y a deux jours à la télévision.

 

Sources: france infos le 14 Mai 2015

12

info + |
Immobilier et habitat à Tou... |
INFOS SUBTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Veriteverite
| Detoutderien
| Leblogdejustinevioletta