navigation

Terrorisme « made in USA » et chaos constructif au Moyen-Orient 20 août 2014

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Terrorisme « made in USA » et chaos constructif au Moyen-Orient

Fighters of the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) celebrate on vehicles taken from Iraqi security forces, at a street in city of Mosul

L’Irak fait encore la une. Une fois de plus, dans l’image que nous présentent les médias dominants occidentaux se mêlent les demi-vérités, les mensonges, la désinformation et la propagande. Les grands médias ne vous diront pas que les États-Unis appuient les deux côtés dans le conflit irakien. Washington soutient ouvertement le gouvernement chiite irakien, alors qu’il entraîne, arme et finance clandestinement l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Appuyer l’afflux de brigades terroristes en Irak est un acte d’agression. Les médias traditionnels vont toutefois vous dire que l’administration Obama est « préoccupée » par les actions commises par les terroristes.

Le discours de choix des grands médias aux États-Unis et ailleurs en Occident est que la situation actuelle est due au « retrait » des troupes étasuniennes qui a pris fin en décembre 2011 (plus de 200 soldats étasuniens et des conseillers militaires sont cependant demeurés en Irak). Ce portrait des événements voulant que le retrait des États-Unis soit à l’origine de l’insurrection ne fait aucun lien entre l’invasion étasunienne de 2003 et l’occupation subséquente. Il ignore également les escadrons de la mort formés par des conseillers étasuniens en Irak à la suite de l’invasion, lesquels sont au cœur de la crise actuelle.

Comme d’habitude, les médias mainstream ne veulent pas que vous compreniez ce qui se passe. Leur objectif est de gérer les perceptions et de fabriquer les opinions en élaborant une vision du monde au service de puissants intérêts. Pour ce faire, ils vous diront qu’en Irak il y a une guerre civile.

Il s’agit plutôt d’un « chaos constructif », conçu par l’Occident. La déstabilisation de l’Irak et sa fragmentation ont été planifiées il y a longtemps et elles font partie de la « feuille de route militaire du Royaume Uni des États-Unis et d’Israël au Moyen-Orient », tel qu’expliqué en 2006 dans l’article suivant :

Ce projet en planification depuis plusieurs années consiste à créer un arc d’instabilité, de chaos et de violence englobant le Liban, la Palestine, la Syrie, l’Irak, le golfe Persique, l’Iran et les frontières de l’Afghanistan occupé par une garnison de l’OTAN.

Le projet du  Nouveau Moyen-Orient  a été présenté publiquement par Washington et Tel-Aviv dans l’espoir de faire du Liban le point sensible servant à réaligner l’ensemble du Moyen-Orient et à libérer les forces de pression du “chaos constructif”. Ce chaos, qui génèrerait les conditions de la violence et de la guerre dans toute la région, serait ensuite utilisé par les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël pour redessiner la carte du Moyen-Orient conformément à leurs besoins et leurs objectifs géostratégiques.

Le redécoupage et la partition du Moyen-Orient depuis les rives de la Méditerranée orientale du Liban et de la Syrie à l’Anatolie (Asie Mineure), de l’Arabie, du golfe Persique et du plateau iranien répond aux grands objectifs économiques, stratégiques et militaires relevant d’un long plan du Royaume Uni, des États-Unis et d’Israël dans la région

Une grande guerre au Moyen-Orient pourrait entraîner un changement stratégique des frontières avantageux pour les intérêts de la triade israélo-anglo-saxonne

On a tenté systématiquement de créer de l’animosité entre les différents groupes ethnoculturels et religieux du Moyen-Orient. Ces tentatives relèvent d’un programme soigneusement conçu des services de renseignement.

Il est d’autant plus inquiétant que de nombreux gouvernements du Moyen-Orient, comme celui de l’Arabie Saoudite, aident Washington à fomenter des divisions entre les populations de la région. Le but ultime est d’affaiblir le mouvement de résistance contre l’occupation étrangère par la stratégie “diviser pour régner” afin de servir les intérêts des États-Unis, d’Israël et de la Grande-Bretagne dans la région. » (Mahdi Darius Nazemroaya. Plans for Redrawing the Middle East: The Project for a “New Middle East”, 18 novembre 2006; en français : Le projet d’un “nouveau Moyen-Orient”, publié le 11 décembre 2006 )

Si la stratégie « diviser pour régner » n’est pas nouvelle, elle fonctionne encore grâce aux écrans de fumée médiatiques.

The-Project-for-the-New-Middle-East

Créer une guerre civile est la meilleure façon de diviser un pays en plusieurs territoires. Cette tactique a fonctionné dans les Balkans. L’utilisation et l’abus des tensions ethniques dans le but de détruire la Yougoslavie et de la diviser en sept entités distinctes sont bien documentés.

Aujourd’hui, nous assistons clairement à la balkanisation de l’Irak, à l’aide de l’outil impérial de choix, à savoir les milices armées, appelées « opposition pro-démocratie » ou « terroristes » selon le contexte et le rôle qu’elles ont à jouer dans la psyché collective. Les médias occidentaux et les responsables gouvernementaux ne les définissent pas par ce qu’elles sont, mais par ceux qu’ils combattent. En Syrie, ces milices constituent une « opposition légitime, des combattants de la liberté qui luttent pour la démocratie contre une dictature brutale », alors qu’en Irak ce sont des « terroristes luttant contre un gouvernement démocratiquement élu soutenu par les États-Unis »:

Depuis l’apogée de la guerre soviéto-afghane, les entités affiliées à Al-Qaïda ont été utilisées comme « instruments du renseignement » par les États-Unis et l’OTAN dans de nombreux conflits. En Syrie, les rebelles d’Al-Nosra et d’ISIS sont les fantassins de l’alliance militaire occidentale, qui supervise et contrôle le recrutement et la formation des forces paramilitaires.

Washington a décidé d’acheminer (clandestinement) son soutien en faveur d’une entité terroriste qui opère à la fois en Syrie et en Irak, et qui a des bases logistiques dans les deux pays. Le projet de califat sunnite de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) coïncide avec un programme de longue date des États-Unis visant à découper l’Irak et la Syrie en trois territoires distincts: Un califat islamique sunnite, une République arabe chiite et une République du Kurdistan.

Alors que le gouvernement (fantoche) de Bagdad achète des systèmes d’armes perfectionnés des États-Unis, y compris des avions de chasse F16 de Lockheed Martin, l’EIIL, qui se bat contre les forces gouvernementales irakiennes – est appuyé secrètement par le renseignement occidental. L’objectif est de fomenter une guerre civile en Irak, dans laquelle les deux côtés sont contrôlés indirectement par les États-Unis et l’OTAN.

Le scénario consiste à armer et équiper les deux belligérants, à leur fournir des systèmes d’armes avancés, puis à les laisser “se battre”

Une guerre d’agression clandestine est donc menée sous la bannière d’une guerre civile et elle contribue essentiellement à continuer à détruire un pays entier, ses institutions et son économie. Cette opération clandestine fait partie d’un programme des services de renseignement, d’un processus planifié consistant à transformer l’Irak en zone non délimitée.

Entre-temps, l’opinion publique est portée à croire que c’est la confrontation entre chiites et sunnites qui est en jeu.” (Michel Chossudovsky, The Engineered Destruction and Political Fragmentation of Iraq. Towards the Creation of a US Sponsored Islamist Caliphate, 14 juin 2014)

Nous savions bien avant le début de la guerre contre le terrorisme que l’Arabie saoudite soutenait activement le terrorisme islamique. Fervent alliée des États-Unis, la pétromonarchie est toutefois l’exception à la règle proclamée par George W. Bush après les attentats terroristes du 11-Septembre : «Nous ne ferons aucune distinction entre ceux qui ont commis ces actes et ceux qui les abritent. »

obama-saudi-arabia

En réalité, ils font toujours une distinction, en particulier lorsqu’il s’agit de l’Arabie Saoudite. Si son appui au terrorisme est reconnu par les grands médias, ces derniers ignorent cependant l’appui (indirect) des États-Unis à des entités terroristes. Par ailleurs, les journalistes traditionnels ne questionnent pas l’inaction des États-Unis relativement au soutien saoudien pour les terroristes. Les faits sont évidents : les États-Unis appuient le terrorisme par le biais d’alliés comme l’Arabie saoudite et le Qatar. Si ceux qui façonnent le discours dans les médias dominants ne font pas ces liens, c’est uniquement parce qu’ils ne le veulent pas.

Au Moyen-Orient, l’Arabie saoudite a servi les intérêts étasuniens ainsi que les siens. L’alliance des États-Unis avec la monarchie saoudienne montre le mépris qu’ont les États-Unis pour la démocratie. À elle seule, cette alliance démontre clairement que l’objectif de l’invasion étasunienne en Irak n’était pas d’amener la démocratie et la liberté aux Irakiens.

Pour l’Arabie Saoudite, un Irak démocratique serait un cauchemar et menacerait son pouvoir monarchique répressif :

 Depuis le renversement du régime de Saddam Hussein en 2003, le régime saoudien a été catégoriquement hostile à l’égard de l’Irak. Cela est dû en grande partie à sa peur profonde que le succès de la démocratie en Irak inspire son propre peuple, ainsi qu’à la haine profondément ancrée des autorités religieuses extrémistes wahhabites et salafistes envers les chiites. Le régime saoudien accuse également M. Maliki, de donner le champ libre à l’Iran pour étendre considérablement son influence en Irak. Le régime saoudien n’a pas caché que sa priorité est de saper sérieusement l’influence iranienne grandissante, qu’il perçoit comme un grave danger.

Même si le régime saoudien s’est opposé avec véhémence au retrait des troupes étasuniennes de l’Irak en décembre 2011, c’est plutôt la Syrie qui est devenue la cible principale d’un changement de régime pour l’Arabie Saoudite. Le régime saoudien a toujours eu un œil sur le régime syrien de Bachar Al-Assad, un allié stratégique irremplaçable de son ennemi principal, l’Iran. Les Saoudiens ont rapidement soutenu les insurgés armés en déployant leurs services de renseignement, lesquels ont joué un rôle instrumental dans la constitution de Jabhat Al-Nosra. Ce rôle a d’ailleurs été souligné dans une étude du renseignement publiée à Paris en janvier 2013.

Le régime saoudien a également utilisé son énorme influence et son effet de levier, non seulement sur les chefs tribaux sunnites dans l’ouest de l’Irak, mais aussi sur les membres saoudiens d’AQI [Al-Qaïda en Irak], afin de les convaincre que leur principal champ de bataille était la Syrie et leur but ultime le renversement du régime alaouite de Bachar Al-Assad. Ce renversement ferait tomber le pilier du gouvernement irakien dirigé par les chiites et desserrerait inévitablement l’emprise de l’Iran sur l’Irak “. (Zayd Alisa, Resurgence of Al Qaeda in Iraq, Fuelled by Saudi Arabia, le 3 mars, 2014)

Maintenant, on nous dit qu’ISIS a réussi à mettre la main sur des armes sophistiquées fabriquées aux États-Unis. Ne vous méprenez pas. Ces armes ne sont pas arrivées là par hasard. Les États-Unis savaient exactement ce qu’ils faisaient quand ils ont armé et financé l’« opposition » en Libye et en Syrie. Ce qu’ils ont fait n’était pas stupide. Ils savaient ce qui allait se passer et c’est ce qu’ils souhaitaient. Certains médias progressistes parlent « contrecoup », lorsque des « agents » des services de renseignement se retournent contre ceux qui les ont appuyés. Oubliez le contrecoup. S’il s’agit d’un contrecoup, celui-ci était très soigneusement planifié.

 

Alain Marsaud, « le mal que nous avons fait au moyen orient »

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

Source E&R

L’analyse sur Itéle de Alain Marsaud, député des français de l’étranger ( UMP)

Le député des Français de l’étranger (UMP), Alain Marsaud, n’a pas sa langue dans sa poche.
La France a annoncé la livraison d’armes aux combattants kurdes en Irak. « J’espère que nous n’allons pas les décevoir », explique le représentant des Français qui vivent dans cette région. Il pointe le manque de moyens de l’armée française et se demande quel type de matériel va pouvoir livrer l’armée française.
Il évoque aussi les interventions occidentales au Proche-Orient et dresse un constat d’échec. « Il faudra regarder, lance-t-il, le mal que nous avons fait dans cette région ».

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Tsahal recrute dans une école de Marseille : Qui importe le conflit israélo-palestinien ? 19 août 2014

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

Source meta TV

Tsahal recrute dans une école de Marseille : Qui importe le conflit israélo-palestinien ?

« La France ne tolère pas que l’on essaye par la violence des mots ou des actes d’importer sur son sol le conflit israélo-palestinien« , Manuel Valls, Premier ministre socialiste, le 17 juillet 2014.

vzlls1

Le 28 mai dernier, le consulat général d’Israël à Marseille accueillait un « haut responsable » de l’armée, celle-là même qui a tué en moins de quinze jours plus de 700 Palestiniens, dont au moins 132 enfants.

Cette rencontre avec de jeunes Français vise à recruter de futurs soldats qui combattront dans les rangs d’une armée étrangère.

Recruter des civils français pour en faire des combattants à la solde d’un État étranger ne doit pas être interprété comme l’importation d’un conflit extérieur. Il s’agit d’Israël, qui jouit d’un régime particulier auprès de Manuel Valls et de l’ensemble des faucons socialistes qui maintiennent la pression au sein du PS pour qu’aucune condamnation de la « seule démocratie au Proche-Orient » (sic) ne vienne contredire la propagande gouvernementale.

import-conflit-tsahal-marseille

re ambassade-israel-recrutement-juifs-francais

Manuel Valls ne laissera personne importer le conflit israélo-palestinien en France. Tout cru patacru.

 

 

La guerre arrive chez nous en Amérique !

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

sources: cameroonvoice.com

La guerre arrive chez nous en Amérique !

Le grand changement s’est opéré dans les médias de masse. Ils ne défendent plus Israël, ce qui est très troublant pour beaucoup et certainement prête à confusion. Avec le président Obama soutenant ouvertement Israël et son supposé “droit à se défendre”, ainsi que son silence au sujet des 250 enfants assassinés, le ciblage d’écoles, de facilités de l’ONU et maintenant une demande de poursuite d’Israël devant un tribunal international pour crimes de guerre, Obama a été pris à son propre piège. Les Américains sont prêts à se retourner contre lui et les uns contre les autres, réveillés et en colère, de vieilles querelles, certaines vieilles de décennies ou de siècles se sont réveillées, comme cela s’est produit autour du monde.

Origine

Comme cela est souvent le cas, les présidents s’entourent de conseillers qui ne voient rien d’autre que ce qui leur est dit lors de gueuletons privés et de parties de golf avec les lobbyistes des intérêts spéciaux. Ainsi, lorsque le monde se retrouve le cul par dessus tête, et que les diffusions d’info officielles et des journaux, crues par la plupart des gens en Amérique être sous une forme stricte de contrôle, de gauche ou de droite, prennent des positions radicales, Obama n’a toujours aucune idée de quoi il retourne.

Aujourd’hui, le président le plus haï par le lobby pro-israélien (AIPAC) est en train de mourir politiquement, étiqueté comme criminel de guerre pour avoir fait des déclarations absolutistes sans précédent pour la présidence américaine et les faisant au mauvais moment. Il n’y a jamais eu un “pire moment” dans l’histoire.

Pour ceux d’entre nous qui se rappellent de la guerre du Vietnam, qui ont combattu dans cette guerre et qui sont revenus pour mener les manifestations qui ont mis fin à la guerre, le conflit, ici, à la maison, après quelques décennies d’égocentrisme, est quelque chose de rafraîchissant.

Lorsque les médias ne reflétaient que les intérêts d’Israël, le soutien fanatique pour le meurtre des Palestiniens était considéré comme bizarre mais sans danger. Ce qui fait le plus peur au sujet de l’Amérique, est que les gens semblent avoir besoin d’une permission pour penser ou ressentir. Assassiner des enfants est OK jusqu’à ce qu’un canard, propriété d’une entreprise étrangère ou d’un sous-traitant de la défense, décide de dire que le massacre systématique d’enfants innocents est mal.

Malaise dans le leadership

rourke-poutine

Mickey Rourke et aussi Steven Seagal, grande figure des films d’action mais aussi chanteur de blues, qui donne un concert pour les pro-russes d’Ukraine.

L’Amérique manque totalement de leadership moral. Des millions d’Américians regardent le président russe Poutine et souhaite qu’il soit notre président. La droite aime ses prises de positions fortes, sa force physique et son amour des armes ; la gauche aime ce qu’elle voit comme sa capacité à être plus fin que ses ennemis, sa volonté extrême de ne pas plier sous la pression. Les politiciens américains quant à eux plient à la moindre petite brise.

“L’adoration de Poutine” n’est pas saine. Les Américains connaissent très peu de la politique russe et même des affaires du monde. Les Américains ne savent pas grand chose en fait, car un grand nombre a simplement arrêté de s’intéresser il y a longtemps, certainement après le 11 Septembre 2001, lorsqu’il devint très évident pour la plupart des gens que quelque chose de catastrophique venait de se produire qui n’avait rien à voir avec des terroristes et des cutters.

Il n’y a aucun membre du gouvernement américain qui est admiré d’une manière générale. Personne à Washington n’est vu comme ayant une aura politique, une solidité d’homme (ou de femme) d’état. Il n’y a aucun remplacement à John F. Kennedy. Il n’y a que de la petite bière politicienne, c’est tout ce que les Américains voient et rien d’autre. John McCain est l’archétype de ce genre, instable, fantasque, ayant des liens avec le crime organisé pour le plus clair de sa vie, hanté par les rumeurs de sa collaboration quand il était prisonnier de guerre au Vietnam.

Les médias américains avaient Walter Cronkite, Edward R. Murrow et beaucoup d’autres, des journalistes respectés, révérés, capables et volontaires pour prendre position, des hommes soutenus par des organisations d’information qui n’étaient redevables à aucun intérêt particulier.

Rien de tout cela n’existe plus en Amérique. Les médias américains ont maintenant des acteurs et des cracheurs de haine. Maintenant quelqu’un leur dit que c’est OK de haïr Israël. Certains d’entre nous se demandent pourquoi, que se passe t-il donc derrière le rideau ? Pourquoi de mauvaises personnes feraient-elles quelque chose juste parce que c’est bien ?

Le 11 Septembre

Les attentats du 11 Septembre 2001 ont brisé l’esprit de l’Amérique, infecté le pays avec la peur et le désespoir. Quiconque pense avoir vu Bush et Cheney, qui venaient juste de prendre leurs fonctions après une élection truquée, rassurer l’Amérique en parlant de la défendre, est totalement barjot.

Alors que les agences de presse disaient que Bush avait 98% de satisfaction dans les sondages, tous ceux que je connaissais soit le blâmaient pour avoir perpétré les attentats, soit pour les avoir laissé se dérouler ou soit pour sa criante incompétence, dans cet ordre. C’est un président qui a quitté ses fonctions avec un taux de satisfaction officiel de 12% et qui a pris ses fonctions avec seulement 48% du vote officiel avec des estimations aussi basses que 35%. Les élections de 2000 étaient truquées, tout le monde le sait mais rien ne fut fait. Celles de 2004 furent aussi truquées. Des douzaines de membres du congrès en parlèrent ouvertement mais rien ne fut jamais rapporté.

La moitié des Américains ne votent pas et la majorité de ceux qui sont considérés comme “libéraux”. Les supporteurs de Bush, même les jours qui ont suivi les attentats du 11 Septembre, n’ont jamais été plus nombreux que 25%, certainement pas 98%… Comment de telles fables peuvent-elles continuer à se perpétuer alors que l’intéressé a peur de se montrer en public et peut être arrêté à vue dans une douzaine de pays du monde? Pourquoi tant de gens dans le monde croit si facilement, que les Américains se sont rassemblés autour d’une personne aussi « divisive », si incompétente et si caricaturale ? L’Amérique a t-elle si bien menti au monde ?

L’Amérique divisée

Sur un plan personnel, les familles américaines commencent à évaluer. Gaza les a mis en colère, des années de mensonges, la gêne et l’humiliation d’avoir été réduits au silence tout ce temps.

Les Américains regardent ceux qu’ils connaissent, les juifs et les chrétiens évangélistes et les voient sous une nouvelle lumière. Ils posent des questions, “comment quelqu’un que je connais depuis si longtemps peut-il soutenir toutes ces horreurs ?”

Les Américains comparent Israêl à l’Allemagne nazie, des millions de personnes le font, certaines publiquement, beaucoup d’autres en privé. Ils espèrent que leurs amis juifs et “évangélistes” se réveillent.

Ce que nous voyons est que pour la première fois depuis très longtemps, des Américains sont préparés a mettre un terme à des amitiés, à étiqueter des personnes comme étant “psychopathes” et à reconnaître la véritable insanité qui s’est développée autour d’eux, qu’ils ont laissé le mal se rapprocher, se refermer sur eux et leurs familles.

Les Américains ne savent pas combien il reste de juifs démontrant les valeurs sociales traditionnelles et combien d’entre eux sont des suiveurs aveugles de ce qui est maintenant clairement établi comme un barbarisme criminel. Comme cela fait des décennies que quiconque ne s’est exprimé en Amérique sur quoi que ce soit, plus personne ne sait comment il faut faire.

Doit-on commencer par questionner ceux qui nous entourent, devons-nous aller plus loin ? Penser et ressentir est quelque chose de nouveau en Amérique, quelque chose à laquelle les Américains ne sont pas très talentueux.

Maintenant les Américains ont la haine. Ils vont très vite haïr les juifs, tous les juifs, faisant glisser la peur manipulée des musulmans, la haine et le ressentiment envers les hispaniques et les Africains-Américains.

L’évangélisme chrétien est fondé sur la haine du juif

La majorité des chrétiens en Amérique sont “nés de nouveau” ou chrétiens évangélistes. Beaucoup sont aussi considérés comme “chrétiens sionistes”. Ce groupe soutient Israël aveuglément, a soutenu les guerres pour donner toujours plus de territoire à Israël, plus de pouvoir, plus d’armement nucléaire et de moyens pour maintenir un monde basé sur les tensions politiques construites autour de l’expansionisme d’Israël. La plupart vit dans des zones où, dans le passé, les juifs n’avaient pas le droit de vivre et où très peu, s’il y en a, y vivent aujourd’hui.

L’affaire se résume à ceci: fondée sur d’obscures croyances religieuses, seulement quand un “Grand Israël” sera établi, “du Nil à l’Euphrate”, commencera la “fin des temps”. Les juifs alors soit se convertiront au christianisme ou mourront, le “ravissement” viendra et les élus se dresseront aux côtés de Jésus tandis que “ceux laissés pour compte” souffriront et mourront dans un enfer post-apocalyptique.

Ainsi, ceux qui soutiennent Israël ne le font que par leur désir de voir Israël se détruire lui-même et la fin des juifs, la fin d’Israël et avec cela, la fin de la plupart de l’humanité par la même occasion.

Ces gens sont des frapadingues. Nous en avons des tonnes ici… Bienvenue en Amérique !

L’Amérique

Il y a des choses que peu de gens savent en dehors de l’Amérique au sujet de ce pays. La plupart des Américains sont athées. Dans de petites communautés, beaucoup se rendent au culte religieux cédant à la pression sociale, mais très peu “croient”. L’Amérique s’est séparée de la religion au XIXème siècle et la religion est de manière générale considérée comme étant stupide. Très peu de juifs américains sont religieux, ils ne le sont le plus souvent qu’au moment des festivités pour maintenir la tradition et se confondent en excuses en privé avec leurs amis lorsqu’ils se rendent à des activités religieuses de peur d’être jugés comme étant archaïques.

En France, 11% des gens vont à l’église. L’église catholique a trop souvent pris position contre le peuple. La même chose s’est produite en Espagne et en Allemagne. La moitié de l’Italie est communiste. La vaste majorité des Américains ne sait rien de cela, car ils ne quittent jamais le pays et ceux qui le font, ne quittent que très rarement leur hôtel, leur paquebot ou leur bus de tour organisé.

On a raconté au monde que 44% des Américains sont profondément religieux. En vérité, il y a une puissante tendance religieuse en Amérique. Dans le Sud, l’Ouest et ailleurs dans le pays, parmi les gens les moins éduqués, les églises évangélistes sont de vraies entreprises, la plupart avec un clergé bien plus qualifié pour vendre des voitures d’occasion ou des polices d’assurance qu’une “plus haute pensée” et qui essaie de vendre une version bizarre de science fiction, d’histoires d’OVNI et de “prophéties bibliques” toujours peuplées d’une quelconque haine.

Les Américains éduqués regardent ce groupe comme étant des chiens fanatiques, enragés ou des monstres de foire. Vous ne pouvez pas leur parler, leurs seules réponses sont sous la forme de citations de la bible, des homélies bizarres mâtinées de psychologie populaire. La majorité des religieux américains sont d’anciens alcooliques et drogués, sévèrement déprimés ou souffrant de troubles de la personnalité ou peu s’en faut.

Y a t-il des millions de personnes comme cela en Amérique ? Que pensez-vous, regardez simplement la dernière décennie où l’Amérique a dirigé le monde. Voyez-vous quoi que ce soit qui puisse vous laissez penser qu’il y a un gramme de pensée saine et équilibrée là-dedans ?

Gaza arrive à la maison

La guerre éclair sur Gaza n’est que la continuité d’une politique vieille de six décennies. En premier lieu, la plupart d’entre nous l’ont vue comme une autre mise en scène, il y en a eu tant. Nous avons eu tort. Ici se pose la vraie question. Est-ce que les gens, autres que les Russes et les Américains, vont se réveiller au fait qu’il y a une théâtralité à toutes les guerres qui se déroulent aujourd’hui ? D’abord on fait “disparaître” un avion de ligne (MH370) comme si un magicien avait donné un coup de baguette magique.

On peut regarder le Nigéria et ses filles kidnappées, les camions militaires et les téléphones satellites et on sait que quelque chose n’est pas ce qu’il paraît être.

Rien en Ukraine, du moins de ce qui ressort de Kiev, est ce qu’il paraît être. Voulons-nous discuter de cet EIIL, état islamique enIrak ? De montre Rolex et de mutilation génitale féminine, de conversions religieuses forcées et de militants masqués implantés avec des militants de la CIA, du Mossad et du MI6, de djihadistes et de mercenaires occidentaux.

Même Zbigniew Brzezinski a été capable d’établir bien sûr, que l’enlèvement et le meurtre des trois Israéliens étaient une opération fausse-bannière montée de toute pièce.

Serons-nous capables de voir ce que quelques personnes ont ourdi il y a longtemps, que tout cela est écrit d’avance, que les participants ne sont que des acteurs sur une scène ?

Seuls les morts sont vrais.

Gordon Duff est un ancien combattant du Vietnam du corps des US Marines qui a travaillé sur des problèmes liés aux anciens combattants et aux prisonniers de guerre depuis des décennies et a été consultant pour des gouvernements qui étaient confrontés à des questions de sécurité. Il est un des éditeurs en chef et chairman du comité directeur de Veteran Today et aussi pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

 

 

La fausse diabolisation de Kadafi par l’occident

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

La fausse diabolisation de Kadafi par l’occident

kadafi

LA DICTATURE DE KADHAFI… une fumisterie de plus avec l’aide des médias de masse
1- L’électricité à usage domestique est gratuite !
2- L’eau à usage domestique est gratuite !
3- Le prix d’un litre d’essence est de 0,08 EUROS !
4- Le coût de la vie en Libye est beaucoup moins élevé que celui qui prévaut en France. Par exemple, le prix d’une demi baguette de pain en France est d’environ 0,60 Euros , tandis qu’en Libye il est de 0,11 Euros !
5- Les banques libyennes accordent des prêts sans intérêts !
6- Les citoyens n’ont pas d’impôts à payer, et la TVA n’existe pas !
7- La Libye est le dernier pays dans la liste des pays endetté ! La dette publique est à 3,3% du PIB ! En France, elle est à 84,5% ! Aux US, 88,9% ! Aux Japon à 225,8% !
8 – Le prix pour l’achat d’une voiture (Chevrolet, Toyota, Nissan, Mitsubishi, Peugeot, Renault…) est au prix d’usine (voitures importées du Japon, Corée du sud, Chine, Etats-Unis…) !
9- Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le « gouvernement » attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois !
10- Tout étudiant diplômé reçoit le salaire moyen de la profession du cursus choisi s’il ne trouve pas d’emploi !
11- Lorsqu’un couple se marie, l’ »Etat » paie le premier appartement ou maison (150 mètres carrés) !
12- Chaque famille libyenne, sur présentation du livret de famille, reçoit une aide de 300 EUROS par mois !
13- Il existe des endroits nommés « Jamaiya », où on vend à moitié prix les produits d’alimentation pour toute famille nombreuse, sur présentation du livret de famille !
14- Pour tout employé dans la fonction publique, en cas de mobilité nécessaire à travers la Libye, l’ « Etat » fournit une voiture et une maison gratuitement. Et quelque temps après, ces biens sont à lui.
15- Dans le service public, même si la personne s’absente un ou deux jours, pas de déduction de ces jours sur son salaire, et pas de justificatif de maladie.
16- Tout(e) citoyen(ne) libyen(ne) n’ayant pas de logement peut s’inscrire auprès d’un organisme d’ « Etat », et il lui en sera attribué un sans qu’il ou elle n’avance aucuns frais, et sans crédit. Le droit au logement est fondamental, en Libye. Et un logement doit appartenir à celui qui l’occupe.
17- Tout citoyen libyen souhaitant faire des travaux dans sa maison peut s’inscrire auprès d’un organisme d’ « Etat », et ces travaux seront effectués gratuitement par des entreprises de travaux publics choisies par l’ « Etat ».
18- Le souci de l’égalité entre hommes et femmes prévaut, et les femmes ont accès à des fonctions importantes et à des postes de responsabilité.
19- Chaque citoyen(ne) libyen(ne) peut s’investir activement dans la vie politique et dans la gestion des affaires publiques, aux niveaux local, régional et national, dans le cadre d’un système de démocratie directe (cela va des Congrès populaires de base, permanents, jusqu’au Congrès général du peuple, le grand congrès national qui se réunit une fois par an) : sur 3,5 Millions d’adultes, 600 000 citoyens participent activement à la vie politique !
20- La Libye est la première réserve pétrolière d’Afrique !
21- La Libye contient 1800 km de côtes sur la méditerranée et a un des taux d’ensoleillement les plus élevé au monde !
22- Les soins médicaux sont gratuits !
23- L’éducation secondaire et universitaire sont gratuites. Le taux d’alphabétisation est supérieur à 90% !
24- Il y a des subventions sur toutes les denrées alimentaires de bases (ex : un kg de pâtes acheté 1€ à un producteur tunisien, le gouvernement libyen le revend 0,50€ aux Libyens) !
25- La Libye participe ardemment au développement de l’Afrique, à son indépendance vis-à-vis des occidentaux et leur système monétaire dictatorial. C’est plus de 60 milliards de dollars que l’état libyen était prêt à investir dans 25 pays d’Afrique et donner du travail à des millions d’Africains.
26- La Libye est le 6 ou 7ème fond souverain financier dans le monde ! Les réserves fiducières sont supérieures à celle de la Russie, par exemple !
Si cela c’est de la dictature je signe maintenant, car aucun dictateur ne ferait ces genres de choses, les libyens vivaient mieux que nous avant cette guerre, les médias nous ont menti pour la guerre en Irak et en Afghanistan et tout d’un coup on nous dit la vérité sur la Libye.

la-fg-moammar-kadafi12_ltdc8kpd

A faire la comparaison avec la France, nos dirigeants sont pire que ben Laden , et il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un  assassinat, et la France est en première ligne….

Ci dessous la vidéo qui explique les intérêts d’avoir tué Kadafi

Image de prévisualisation YouTube

 

 

P. de Villiers : «L’Amérique veut abattre Poutine pour installer son modèle de société en Russie» 18 août 2014

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , 1 commentaire

 «L’Amérique veut abattre Poutine pour installer son modèle de société en Russie»

UKRAINE-RUSSIA-CRIMEA-FRANCE-PUTIN

Source LE FIGARO. – Alors que le Puy du Fou va être décliné en Russie, Vladimir Poutine vous a accordé jeudi un long tête-à-tête au Palais des tsars. Quel était l’objet de l’entretien?

Philippe de VILLIERS. – L’objet de notre rencontre était la signature du protocole portant sur la création du Puy du Fou Tsargrad en Russie. Le choix de la Russie s’est orienté vers le Puy du Fou pour mettre en valeur le patrimoine historique de la Russie et l’âme russe. Vladimir Poutine souhaitait, en me recevant, souligner le grand intérêt qu’il porte à cette déclinaison de plusieurs parcs historiques en Russie. J’ai été frappé par le charisme de l’homme d’État, sa hauteur de vue, son attention pour les échanges culturels. J’ai été très impressionné par sa détermination à garder la Russie ouverte au reste du monde. C’est sans doute pour cette raison que cet entretien a pris, à ses yeux, une valeur symbolique. Il m’a répété que la Russie était accueillante aux investisseurs étrangers et français. Pour le Puy du Fou, le projet russe est d’une grande importance car il va agréger à cette œuvre commune les plus grands artistes russes. Tout le monde en France connaît le Bolchoï ou le théâtre Mariinsky. Nous allons avoir les plus grands pianistes, danseurs, architectes de ce pays de haute culture et de grande sensibilité.

Je n’ai fait que répéter ce que j’entends tous les jours autour de moi en France dans les milieux populaires, cette phrase qui revient dans la bouche des gens de bon sens : « Il faudrait aujourd’hui en France un gars comme Poutine à la place de Hollande ! ».

J’ai dit à Vladimir Poutine que le Puy du Fou venait poser devant lui un acte de paix. En effet, ai-je ajouté, les sanctions sont des actes de guerre, les coopérations sont des actes de paix. Tous les esprits pacifiques qui aiment l’Europe et la Russie veulent secrètement sortir de l’engrenage car ils savent que les sanctions sont des humiliations qui provoquent les peuples qui ont encore une fierté. C’est le cas de la Russie. Poutine a répondu: «J’accueille votre arrivée en Russie comme un signe de la nécessaire désescalade.» J’ai souligné auprès de lui que, selon moi, l’avenir de l’Europe ne doit pas s’écrire sur le continent américain, mais sur le continent européen. L’Europe ne peut pas se faire sans la Russie. Il a cité l’expression du général de Gaulle, «l’Europe de l’Atlantique à l’Oural», une Europe de forme confédérale qui respecte les souverainetés.

Vous avez déclaré sur Europe 1 «ce qui manque à la France, c’est un Vladimir Poutine». Qu’entendiez-vous par là?

Je n’ai fait que répéter ce que j’entends tous les jours autour de moi en France dans les milieux populaires, cette phrase qui revient dans la bouche des gens de bon sens: «Il faudrait aujourd’hui en France un gars comme Poutine à la place de Hollande!». C’est-à-dire un chef d’État patriote, visionnaire et qui prend des décisions.

Quel regard portez-vous sur sa conception de la démocratie et des droits de l’homme?

Vladimir Poutine est un chef d’État élu avec 63 % des suffrages, de manière démocratique. Et j’ai pu mesurer son immense popularité, que ce soit à Moscou ou en Crimée durant les jours passés là-bas. Quant à la question des droits de l’homme, Vladimir Poutine a exprimé des réticences devant les excentricités des Femen et la propagande de l’homosexualité. C’est la raison pour laquelle tous les chefs d’État occidentaux ont refusé d’aller aux Jeux olympiques de Sotchi, et c’est absurde! Le président Poutine ne veut pas donner la Russie aux Femen et à l’Otan, on le comprend. L’Amérique ne se comporte pas d’une manière raisonnable. Elle veut «otaniser» le monde entier et met le feu partout. Ce qu’elle désire, ce n’est pas seulement l’Ukraine dans l’Otan, c’est aussi abattre Poutine pour prendre la Russie et y installer son idéologie multiculturaliste, mondialiste et consumériste. Elle veut imposer son modèle de société, en particulier aux pays enracinés qui lui résistent.

Que répondez-vous à ceux qui estiment que vous jouez le jeu de la propagande russe?

Une députée socialiste a dit que j’agissais contre l’Europe. Je lui réponds que j’agis pour la paix et l’amitié franco-russe, mais que hélas l’Europe aujourd’hui n’agit pas pour elle-même, mais pour la politique américaine sous l’impulsion de José Manuel Barroso, Herman Van Rompuy et François Hollande. L’Europe est devenue la cinquante et unième étoile du drapeau américain. J’accuse l’Amérique de chercher la guerre partout dans le monde parce qu’elle y voit la seule solution d’écluser sa dette monstrueuse due au mondialisme de ses dirigeants.

Konstantin Malofeev, votre partenaire dans la création des déclinaisons russes du Puy du Fou, est visé par des sanctions de l’Union européenne, notamment parce que Kiev le considère comme le banquier de la rébellion séparatiste qui a pris le pouvoir à Donetsk…

Je connais Konstantin Malofeev depuis plusieurs années. Il est devenu pour moi un ami. J’ai une totale confiance en lui et je sais parfaitement quel genre d’homme il est. C’est un chef d’entreprise de haute réputation en Russie et qui consacre aujourd’hui sa fortune à des œuvres humanitaires et caritatives. J’ai visité sa fondation et ses écoles. Certains partis néonazis ukrainiens qui, aujourd’hui, mènent la danse, l’accusent sans aucun élément de preuve de financer la rébellion prorusse à Donetsk. C’est absolument faux. Konstantin Malofeev dépense son argent à créer une chaîne humanitaire en Russie pour distribuer des médicaments et préparer des hôpitaux de campagne pour les nombreux Russes réfugiés qui ont fui l’Ukraine. C’est cet acte de solidarité que les dirigeants européens appellent soutien aux séparatistes. Konstantin est très connu en Russie pour sa générosité en faveur des familles réfugiées, mais aussi des enfants orphelins. On lui reproche aussi d’aimer les tsars et de préférer Nicolas II à Staline. Décidément, il y a encore des nostalgiques de la terreur soviétique!

Vous êtes officiellement retiré de la politique et vous vous consacrez à l’écriture de votre prochain livre sur Jeanne d’Arc. Vos propos sont néanmoins très politiques. La tentation du retour vous titille-t-elle?

Tout ce que je vous dis relève de la survie de notre civilisation. Il n’y a pas besoin pour mener ce combat d’aller quémander un picotin électoral. Ma notoriété me permet de dire ce que j’ai le devoir de dire. Mais la politique active aujourd’hui me donne la nausée comme à beaucoup de Français. Le milieu politique, qui a perdu le goût et le sens des idées, le goût et le sens de la France, est devenu un cloaque irrespirable. C’est un combat de petits coqs sur un tas de fumier. Je n’ai pas envie de retourner dans cette basse-cour. Laissons les coqs chanter. Vive l’amitié franco-russe!

 

Valls: « Hors de question » de changer de politique 17 août 2014

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

valls_0

Valls: « Hors de question » de changer de politique

 

Le premier ministre Manuel Valls affirme aujourd’hui dans le JDD qu’il est « hors de question » pour son gouvernement de changer de politique face à la panne de croissance, jugeant « irresponsables » ceux qui, à gauche, appellent à une autre stratégie.

Manuel Valls reprend la formulation gouvernementale de ces derniers jours parlant de la nécessité de tenir aux Français « un discours de vérité » face à la croissance nulle. « La politique que le président de la République a décidé de mettre en oeuvre nécessite du temps pour produire des résultats », assure-t-il. « Mais il est hors de question d’en changer. Le pacte de responsabilité et ses 41 millions de baisse du coût du travail vont véritablement entrer en oeuvre maintenant ».

Alors que certains dénoncent à gauche la part trop belle faite au patronat dans ce « pacte de responsabilité », le premier ministre estime que « certains à gauche (…)tiennent des propos irresponsables ». Depuis des mois, le Front de gauche, les syndicats CGT et FO, l’ancienne ministre écologiste Cécile Duflot ou encore des « frondeurs » socialistes appellent le président François Hollande et son gouvernement à rompre avec la politique d’austérité actuelle. Il fustige également l’opposition qui « réclame toujours plus. « Nous faisons 50 milliards d’économies. Je serais curieux de savoir comment elle en ferait 50 supplémentaires », lance-t-il.

Selon un sondage Ifop publié dans la même page que les déclarations du premier ministre par le JDD, plus de huit Français sur 10 ne font pas confiance au gouvernement de Manuel Valls en matière de politique économique. Cette absence de crédibilité économique gouvernementale concerne en premier chef la lutte contre le chômage, la relance de la croissance et la réduction des déficits, selon la même étude.

 

source le figaro

Ebola : menace réelle ou manipulation ?

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

ob_011cf2_dees-gatesr-1728x800-c

Ebola : menace réelle ou manipulation ?

 

Les médias de masse font un battage sur la plus grande épidémie « jamais vue » d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

On nous dit que cette terrible maladie, qui provoque des symptômes qui ressemble à des scènes de film d’horreur, se répand aux Etats-Unis. Certains Américains annulent leurs vacances et refusent de s’embarquer dans un avion, pensant qu’ils pourraient y attraper LE VIRUS Ebola.

Les gens sont terrorisés par des images horribles, talonnés par la peur d’une mort rapide et terrible, et la peur des avions. Les craintes sont hors de proportion avec la réalité de la menace. Un air de déjà vu ?

Le 11 Septembre 2001, les américains ont été soumis à un contrôle psychique à partir d’un traumatisme, « une forme intensive de technique de lavage de cerveau connue sous le nom de coercition , décrit dans un livre de Douglas Rushkoff du même nom. Le contrôle psychique à partir d’un traumatisme, utilise la peur extrême ou la terreur pour façonner le subconscient de ses victimes. C’est une technique très efficace pour amener les gens à se soumettre à l’autorité sans se rendre compte de ce qu’ils font ni pourquoi ils le font.

À l’automne 2001, nous avons été endoctrinés à croire que les musulmans radicaux, en utilisant des avions, l’anthrax, et qui sait quoi d’autre, voulaient et pouvaient tuer un grand nombre d’Américains. Ainsi, les États-Unis sont entrés en guerre contre les pays musulmans, ont persécuté les musulmans du monde entier, mis la Constitution en pièces, jeté des dizaines de milliards de dollars par les fenêtres, et risqué une faillite tant morale que financière.

Depuis lors, la preuve que la peur de l’anthrax du 9/11 était un canular a laissé de nombreux Américains plus tristes mais plus avisés. Aujourd’hui, chaque fois que legouvernement et les grands médias commencent à terroriser la population avec une menace avec un grand tapage, les observateurs avertis se demandent: est-ce une menace réelle? Ou juste une autre manipulation ?

Dans une interview exclusive avec Truth Jihad Radio , le Dr Garth Nicolson, un grand expert en maladies émergentes et guerre biologique, a suggéré que la menace d’Ebola a été exagérée en raison de la nature spectaculaire des symptômes. En effet, le Dr Nicolson a suggéré que ce sont précisément ces symptômes spectaculaires, qui apparaissent très rapidement, qui font que l’Ebola est relativement facile à contenir:

« Si vous avez une maladie vicieuse et hautement mortelle comme LE VIRUS Ebola, cela attire beaucoup d’attention. Mais vous pouvez immédiatement isoler les patients, et ainsi contenir l’ensemble du processus. «

Une maladie spectaculaire qui attire beaucoup d’attention, mais est incapable de tuer un grand nombre de personnes, est idéal pour les manipulations de l’opinion publique. L’un des principaux indicateurs d’une manipulation est la disproportion entre l’impact massif de l’évènement sur le public et la réalité faible de la menace présumée.

Ce schéma a toujours existé depuis des siècles.

Au début du 17ème siècle en Angleterre, le parti de la guerre de Robert Cecil voulut lancer un assaut sur les empires espagnols et portugais, mais il en fut empêché par la politique irénique du roi Jacques 1er et certains de ses conseillers, et également par la réticence de l’opinion publique pacifique. Etant donné que l’Espagne et le Portugal étaient des pays catholiques, Cecil avait besoin de convaincre ses compatriotes qu’ils avaient affaire à une terrible « menace catholique. » Alors il trouva un agitateur catholique radical, Guy Fawkes, le plaça dans un tunnel sous le bâtiment du Parlement l avec quelques barils de poudre détrempée , et le fit arrêter conformément au plan.

L’intrigue de Cecil avait fonctionné à la perfection. De toutes les chaires anglicanes du pays, les prêcheurs dénoncèrent les méchants extrémistes catholiques qui avaient presque fait sauter l’ensemble du gouvernement britannique. La population britannique entra dans un état d’hystérie anticatholique similaire à l’hystérieantimusulmane américaine de l’après-11/9. Et Cecil obtint sa guerre.

En fait, les catholiques britanniques ne présentaient que peu, ou pas du tout, de menace réelle. Mais en raison de l’impact considérable de la conspiration des poudres de Cecil sur l’imaginaire populaire, la population était convaincue qu’une vague déferlante de catholiques avait déjà débarqué.

Le gouvernement des États-Unis, comme le gouvernement britannique, a maintes fois convaincu ses citoyens de craindre une menace exagérée ou inexistante. En 1847, Washington a fabriqué une fausse « invasion mexicaine. » En fait, le Mexique était beaucoup plus faible que les États-Unis et ne représentait absolument aucune menace. Mais les gros titres effrayants précipitèrent les américains dans la guerre contre le Mexique, et Washington VOLAEbola : menace réelle ou manipulation ? arrow-10x10 ainsi près de la moitié du territoire du Mexique.

En 1898, une fausse «menace espagnole » fut fabriquée par le naufrage sous faux-drapeau de l’USS Maine dans le port de La Havane. En réalité, l’Espagne ne représentait aucune menace pour les États-Unis; étant la partie la plus faible, elle voulait éviter la guerre. Mais encore une fois, les Américains ont été endoctrinés dans la peur d’une menace inexistante d’une attaque sous faux drapeau. Et une fois de plus, Washington a utilisé l’hystérie qui a suivi pour s’emparer de larges pans de territoire pour que ses banquiers et ses capitalistes puissent s’y engraisser.

Avant la Première Guerre mondiale, une menace allemande inexistante pour les États-Unis a été fabriquée par deux opérations de manipulation : le télégramme fabriqué de Zimmerman qui a convaincu les Américains que l’Allemagne conspirait avec le Mexique pour envahir les États-Unis; et le naufrage orchestré du paquebot chargé d’armes « Lusitania. » Une peur hystérique des Allemands GAGNA  les américains, et ils entrèrent en guerre au nom des britanniques et de leurs financiers sionistes.

Washington et Londres ont également entraîné les Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale à travers une menace fabriquée. Ils ont utilisé un plan en huit points qui consistait à couper l’approvisionnement en pétrole du Japon pour le forcer à attaquer les Etats-Unis à Pearl Harbor. Le choc spectaculaire des images d’actualités a convaincu les Américains qu’ils faisaient face à une menace terrible du Japon et de son allié allemand. En fait, si les États-Unis étaient simplement restés neutres, il n’aurait jamais fait face à aucune menace d’aucune sorte.

Dans les années 1960, une autre menace inexistante –venant du Vietnam, cette fois – a été fabriquée pour amener les Etats-Unis dans la guerre totale contre ce pays. Une fausse attaque vietnamienne contre l’Amérique, le fameux incident du golfe du Tonkin, a été organisée.

Ce ne sont que quelques-uns des nombreux exemples qui montrent que l’hystérie collective des tapages médiatiques est presque toujours au service d’un agenda caché.

Quel pourrait être l’agenda caché derrière la peur d’Ebola?

La chercheuse Anne Sullivan fait valoir que l’épidémie orchestrée d’Ebola en Amérique pourrait être utilisée pour «créer un niveau six d’alerte pandémique qui comprend des vaccins obligatoires, qui eux, contiendront de vrais Ebola. » Ce lugubre scénario cauchemardesque suppose qu’une faction eugéniste de l’élite mondiale utiliserait une fausse menace Ebola pour en créer une vraie.

Avec ou sans menace réelle, le gouvernement américain pourrait utiliser le spectre d’une alerte pandémique pour neutraliser les Américains et leur retirer les quelques lambeaux restants de leurs droits constitutionnels. Le président Obama a récemment signé un amendement au décret de George W. Bush 13295, qui autorise « l’arrestation, la détention, ou la libération conditionnelle de personnes, afin de prévenir l’introduction, la transmission ou la propagation de maladies suspectées comme transmissibles ». L’amendement d’Obama élargit l’ordre pour permettre la détention d’un nombre illimité d’Américains sur la base de simples soupçons d’être atteints de maladie dangereuse.

Pourquoi le gouvernement des États-Unis fabriquerait-il une menace de maladie, réelle ou simulée, comme excuse pour la loi martiale ou la détention de masse ? Il pourrait le faire en tant que mesure préventive contre une probable agitation populaire si le dollar s’effondre et si l’économie américaine implose. Actuellement, les pays du BRICS, dirigés par la Russie et la Chine, sont en train de laisser tomber le dollar américain, qui tourbillonne avec une rapidité croissante et s’apprête à couler. Lorsque le dollar prendra son plongeon final, les Américains devront faire face à toutes les conséquences de la dilapidation par le gouvernement de milliards de dollars dans les guerres du 9/11. Le résultat probable: une deuxième révolution américaine.

Si le gouvernement américain arrive à terroriser les Américains par LE VIRUS Ebola, à militariser la société, et à enfermer des milliers ou des millions de personnes dans les camps de concentration, il peut être en mesure de parer à la révolution avant qu’elle ne commence. Cela au moins, pourrait être leur plan.

Mais il n’est pas possible que l’Ebola naturel crée une pandémie en Amérique. Il n’est pas facilement transmissible, il manque de longue période de latence, et il ne peut pas survivre à l’extérieur du corps, sauf à des températures extrêmement chaudes et humides.

Alors soyez prévenus : si les médias mainstream signalent une prétendue pandémie d’Ebola en Amérique, il n’y a que deux possibilités: soit ils mentent, soit ils ont créé une version synthétique du virus Ebola en tant qu’arme.

Si cela se produisait, nous ferions mieux de commencer la révolution … avant qu’ils ne nous enferment.

Ou qu’ils ne nous tuent.

 

Sources Kevin Barret

L’Algérie, le gaz et Israël

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

algerie_gaz-7fd36

A première vue, l’information a de quoi surprendre. Mais elle émane du très sérieux Observatoire italien, « La lettre confidentielle de l’Adriatique et de la Baltique ». Autant dire une source sûre, car ce genre de publication économique – dont l’abonnement ou le prix à l’article est conséquent- est avant tout destiné aux experts et aux investisseurs. Les informations qui y sont publiées relèvent en effet de « l’intelligence économique » et, à ce titre, sont passées au crible de la vérification avant d’être diffusées.
De quoi s’agit-il donc ? D’après un article publié le 31 juillet dernier par l’Observatoire italien, l’Algérie commencerait à livrer du gaz à Israël à compter du 1er août. Bien sûr, pas directement, mais via l’Égypte dont les gazoducs d’Al-Arish, dans le nord-Sinaï, alimentent Israël. Le contrat prévoit l’importation par l’Égypte d’environ 500 millions de m3 de gaz algérien par jour, grâce à un financement des Émirats Arabes Unis.

1405915520

Après la visite éclair du maréchal Al-Sissi à Alger, le 25 juin dernier, des fuites concernant ce contrat gazier à des prix préférentiels -la moitié du prix du marché- avaient commencé à circuler. Auparavant, début mai, une source haut placée au ministère égyptien de l’énergie avait indiqué que l’Algérie avait accepté d’envoyer en urgence six livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) à l’Égypte et qu’un accord entre l’Egyptian Natural Gas Holding Company sera signé avec le groupe public algérien Sonatrach. L’Égypte, dont les relations avec le Qatar sont au plus bas, doit importer 400 millions de mètres cubes de gaz naturel par jour pour faire fonctionner ses centrales électriques durant la délicate période estivale. Le surplus de gaz algérien serait donc livré à Israël, selon différentes sources rapportées par le journal égyptien Al-Osbou’ et le quotidien algérien Al-Chorouk.
Mais pour comprendre la nature réelle de ce contrat, il est nécessaire de se plonger dans les réseaux de corruptions qui ont la main mise sur les contrats gaziers entre l’Égypte et Israël. La convention de livraison de gaz à Israël par l’Égypte remonte à 2005, et avait été suspendue par le président Mohamed Morsi, peu après son élection, dans le cadre d’un programme de lutte contre la corruption. Ce contrat, unique en son genre, portait sur la livraison de 1,7 milliards de m3 de gaz naturel pendant 20 ans. Et à un prix défiant toute concurrence ! A savoir entre 70 cents et 1,5 dollars par millions de BTU (l’unité anglaise de mesure de la quantité de l’élévation de la température de un degré Fahrenheit à pression atmosphérique constante) ; et pour un prix de revient pour la compagnie israélienne de 2,5 dollars exemptés d’impôts de la part de l’Égypte. C’est le contrat de corruption le plus important d’Égypte, le prix le plus bas du marché tournant autour de 8 à 10 dollars le million de BTU ! Avec un manque à gagner pour l’Égypte estimé entre 500 million et 1,8 milliards de dollars, selon des experts internationaux.
Il existait d’ailleurs un précédent à ce type de contrat. En 2000, la société israélienne Egyptian Mediterranean Gas (EMG) avait été créée spécialement, par Hussein Salem et Yossi Maiman, le magnat israélien de l’énergie. Tous deux sont des ex-agents secrets de leurs pays respectifs ! Ce contrat, d’une durée de 25 ans, avait été signé sous la supervision de Sameh Fahmi, ministre égyptien du pétrole entre 1999 et 2011. Arrêté pour son rôle dans l’affaire peu de temps après le soulèvement de janvier 2011, l’ex-ministre a été condamné à 15 ans de prison en juin 2012 tandis que son comparse égyptien, Hussein Salem, l’a été à la même peine mais par contumace, et n’a jamais été extradé. Ils ont été laissés en liberté et leur procès est actuellement en révision.
Après le coup d’État du maréchal Al-Sissi, en juillet 2013, et son élection à la présidence de la république un an après, il semblerait donc que les autorités égyptiennes aient décidé de reprendre les livraisons de gaz naturel en direction d’Israël. Mais elles se sont retrouvées confrontée à un problème de taille : la production de gaz égyptien insuffisante, doublé de l’arrêt des livraisons du Qatar pour cause de cessation de paiement, a plongé l’Égypte dans la pénurie énergétique. Résultat : de graves difficultés à approvisionner son marché interne. Depuis 2011, les égyptiens sont en effet quotidiennement plongés dans le noir. Et cette année, les entreprises de production se voient même dans l’obligation de stopper une fois par jour leurs machines durant cinq heures. C’est dire l’urgence !
Autre difficulté de taille : des plaintes ont été déposées contre l’Égypte devant la Banque Mondiale et des tribunaux internationaux pour rupture de contrat. EMG, réclame 8 milliards de dollars et le géant espagnol de l’énergie, Union Fenosa, demande 6 milliards de dollars. Par-dessus le marché, l’Égypte s’est déjà endettée à hauteur de 6 milliards pour le gaz qu’elle a acheté à des compagnies pour son usage intérieur. Au total, la dette et les engagements de l’Égypte pourraient se monter à 20 milliards de dollars. Ce qui pourrait potentiellement entraîner la banqueroute de l’Égypte, selon l’analyste des énergies Mika Minio-Paluello.
Bref, une sérieuse épée de Damoclès qui explique pourquoi l’Égypte cherche aujourd’hui à se tirer de ce « mauvais pas » en tentant de poursuivre ses livraisons. Précisons qu’à l’époque de sa signature, ce contrat avait été supervisé par les USA qui le considèrent comme une garantie de l’arrimage de l’Égypte à Israël. Interviewé par Al-Jazeera, Edward Walker, l’ex-ambassadeur étasunien en Égypte, expliquait : « C’est le genre d’accord qui aidait à cimenter le traité [de paix] israélo-égyptien et c’est pourquoi nous avons toujours été très positifs à son sujet sans entrer dans le côté corruption de la chose ». Et d’ajouter, concernant justement l’aspect corruption du contrat : « Cela se ramène toujours à ceci : est-ce que ça suffit au bénéficiaire pour arroser tout le monde ? Et je pense que la réponse est oui, et c’est pour cela que tout a commencé et qu’on a pu surmonter les problèmes politiques ». En clair, cela signifie que ce sont les réseaux de corruption présent aux sein des États – appelés « l’État profond »- qui déterminent l’orientation politique et économique des ces derniers. En l’occurrence, la nature de leurs relations avec Israël. Il ne faut donc pas s’étonner du manque de fermeté de la plupart des pays arabes concernant l’agression israélienne de Gaza !
Dès lors, même si l’Algérie officielle se défend de livrer du gaz à Israël, il n’est pas exclu que des « hommes de l’ombre » activent pour une normalisation des relations économiques entre les deux pays, à défaut d’une normalisation diplomatique au grand jour. Avec, évidemment, la bénédiction du nouvel allié régional, à savoir les États-Unis !

 

source Libre penseur

Israël: Des dizaines d’usines risquent la fermeture!!

Posté par lepetitrapporteur dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

Selon le journal israélien Maariv , des dizaines d’usines en Israël risquent de fermer leurs portes.

Boycott-israel-b9881

 » le boycott des produits israéliens par l’Union européenne risquent de pousser des usines à déposer leur bilan. l’Europe refuse désormais d’importer les produits laitiers en provenance des colonies israéliennes . au moins les activités de 80 usines sont en danger, affirme le journal. Selon le directeur du département des produits laitiers au ministère israélien de l’agriculture, les exportations israéliennes vers l’Europe cesseront dès le mois de septembre ». L’union européenne a annoncé vouloir poublier une liste des marchandises en provenance des colonies, construites dans les territoires palestiniens pour que les Européens évitent de les acheter.  » certes , les pertes infligées à Israël dans la foulée de ce boycott dépasse à peine les 30 millions de dollars mais le principal danger consiste à voir ce boycott s’étendre à d’autres produits issus de ces colonies » , fait remarquer le journal. l’expert israélien en économie Mahand Akal qualifie de son côté la décision européenne de très courageuse :  » outre la fermeture possible de ces 80 usines, Israël se trouve confronté au risque d’un boycott touchant des dizaines d’autres secteurs de l’économie. ce sera une décision qui déclenchera une dynamique contre productive pour la classe dirigeante dans la mesure où les hommes d’affaires finiront par exercer des pressions sur les politiciens pour qu’ils parviennent à un compromis avec les palestiniens »

Envie de boycotter Israël ? Voici la liste des marques et produits à bannir 

Les produits israéliens :

- Carmel (fruits et légumes) -Jaffa (fruits et légumes) – Kedem (avocats) – Coral (Cerises) – Top (fruits et légumes) – Beigel (biscuits apéritifs) – Hasat (agrumes) – Sabra (repas complets) – Osem (soupes, snacks, biscuits, repas complets préparés) – Dagir (conserves de poissons) – Holyland (miel, herbes) – Amba (conserves) – Green Valley (vin) – Tivall (produits végétariens) – Agrofresh (concombres) – Jordan Valley (dattes) – Dana (tomates cerises) – Epilady (appareils d’épilation) – Ahava (cosmétiques de la Mer morte)

Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

Les produits des entreprises qui soutiennent l’Etat d’Israël (américaines ou européennes)

COCA-COLA – Marques du groupe : Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropical. Cette entreprise soutient l’Etat d’Israël depuis 1966.

DANONE – Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic. Danone vient d’investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.

NESTLÉ – Marques du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden Grahams, Kit Kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni. La société suisse possède 50,1 % des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem. La firme est accusée depuis les années 50 de détruire l’économie et la santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l’imposition de ses laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

INTEL – Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques PENTIUM 4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat, installée sur le site de Iraq Al-Manshiya, un village palestinien rasé après son évacuation en 1949 par les soldats égyptiens. 2 000 habitants furent chassés de leur terre, malgré un engagement écrit, supervisé par les Nations unies, des sionistes à ne pas toucher à la population. Une campagne de leurs descendants aux USA en 2003 a amené INTEL à suspendre un projet d’investissements de 2 milliards de dollars pour une extension de l’usine Fab 18 de Kyriat Gat.

L’ORÉAL – Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfums, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Héléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5th Avenue, Ralph Lauren parfums, Ushuaïa.

L’Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrès juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l’Oréal « devenir un ami chaleureux de l’Etat d’Israël ».

ESTÉE LAUDER – Marques du groupe : Aramis, Clinique, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger
Outre ses investissements, le directeur est le président d’une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National juif.

DELTA GALIL – Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous-traitance de produits textiles notamment dans celui des sous-vêtements. De nombreux sous-vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Delta Galil. C’est le cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria’s Secret, DKNY, Ralph Lauren.

LEVI STRAUSS JEANS ET CELIO ( magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes)
Ces entreprises fort bien implantées en France financent les nouvelles colonies en Palestine mais également les écoles des religieux extrémistes dans le monde.

TIMBERLAND (Vêtements, chaussures, chaussettesŠ) – Tout comme son homologue Ronald Lauder, le PDG de Timberland Jeffrey Swartz est un membre actif du lobby sioniste US. Il a conseillé ainsi d’encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d’envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

DISNEYLAND – L’entreprise Disney n’a rien d’idyllique et contribue par son soutien à Israël à semer la mort en Palestine. Elle approuve ainsi tacitement l’occupation illégale de Jérusalem-Est en faisant de Jérusalem lors d’une exposition au Centre Epcot en Floride la capitale d’Israël, cela en violation des résolutions internationales de l’ONU.

NOKIA – Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l’Etat d’Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : qu’ Israël faisait partie des priorités de l’entreprise. Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

MC DONALD’S – Entreprise emblématique de l’impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l’Etat israélien. McDonald’s dispose de 80 restaurants en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler arabe. Aux USA, l’entreprise figure parmi les heureux partenaires de l’organisation sioniste « Jewish Community » basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l’aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

CATERPILLAR (Equipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures) – Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géants. C’est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

La chaîne hôtelière ACCORHOTEL (Etap, Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel) – Cette chaîne a plusieurs hôtels en Israël, et récemment, elle a ouvert une succursale dans les territoires syriens occupés, dans le Golan.

Les chaînes alimentaires présentes dans les colonies israéliennes : Domino Pizza, Pizza Hut, Häagen Daaz, Burger King

Autres produits : Cigarettes Morris (dont Marlboro), Produits Kimberly-Clarck (Kleenex, Kotex, Huggies), SanDisk (informatique), Toys RUs (jouets)

Rédacteur : N.L et E&R

1...3334353637

info + |
Immobilier et habitat à Tou... |
INFOS SUBTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Veriteverite
| Detoutderien
| Leblogdejustinevioletta